abattage de bois facile trucs de filles

Cet article fait suite au premier sur le bûcheronnage de ma haie de palmes, qui constitue mon plus gros chantier de la fin 2013 et du début 2014. Il s’adresse essentiellement aux femmes seules ayant besoin de gérer un domaine, un jardin, sans grands moyens, en étant le plus autonome possible. Mais ça peut aussi intéresser les garçons…

***

L’abattage facile

Abattre un tronc est le plus facile, une fois qu’on sait se servir de la tronçonneuse, qu’on l’a bien en main, qu’on a pris sa mesure et son poids.
Faire une belle encoche à deux coupes devant s’apprend par l’exemple, comme me l’a montré Guenal au début, puis par la pratique, comme je l’ai expérimentée au début des abattages.
Faire l’entaille derrière aussi.

image

Le bon emplacement de l’encoche de devant
Au début, je traçais le dessin sur le tronc avant de tailler, comme je l’aurais fait sur un tissu en couture, ou sur une planche en menuiserie. Le bûcheronnage tient compte d’autres paramètres que la simple planéité d’un tissu sur une table ou d’une planche sur un établi. On travaille en trois dimensions, en tenant compte du poids qui doit tomber dans une certaine direction et pas une autre, pour ne pas risquer d’accident. Même si les troncs auxquels je m’attaque ne sont pas de gros chênes bicentenaires, le bois dense et lourd du laurier-palme plein de vie et de ramure ne serait pas tendre si je ne faisais pas tomber les perches exactement où je le souhaite, là où je suis en sécurité, calée parfois dernière les moignons de celles qui sont déjà abattues ou derrière les autres troncs en attente.

L’encoche et l’entaille
L’axe de la chute dépend donc de l’encoche de devant. C’est l’entaille arrière qui va faire tomber l’arbre.
Sur les schémas des fiches que j’avais étudiées avant de me lancer dans mes divers chantiers de bûcheronnage – car ce n’est pas le premier, mais c’est le plus long – l’entaille est faite perpendiculairement au tronc. Guenal me la fait faire en biais et je réussis beaucoup mieux mes abattages de cette façon. C’est plus facile de tenir la tronçonneuse avec un angle aigu d’attaque du tronc que de la tenir perpendiculairement. Comme j’écris ce cahier de chantier pour convaincre d’autres femmes qu’elles peuvent aussi se lancer dans l’aventure, je donne volontiers ce tuyau. C’est inratable. Bon, il y faut, comme pour tout, un peu d’entraînement pour acquérir les bons gestes et trouver le bon endroit pour poser l’angle de la lame de tronçonneuse. Un gros chantier comme le mien me permet d’acquérir les bonnes pratiques.

image

Le crac de la chute
J’aime particulièrement sentir l’arbre bouger, l’entaille s’agrandir, le tronc s’incliner, puis le crac résonner et la perche se coucher là où j’avais choisi qu’elle tombe. Le crac est comme le dernier cri d’un arbre vivant, un dernier dialogue avec moi qui le salue toujours avec reconnaissance pour le bois qu’il m’a fait en quelques années et qui va alimenter mon poêle les hivers prochains.

Après la chute
Au début, je déshabillais tout de suite chaque tronc. Pour les plus gros , qui avaient une énorme ramure, c’était une nécessité, sinon je ne m’y serais pas retrouvée sur mon chantier, que j’aime à voir dégagé, par esthétique et sécurité.
Maintenant que je suis dans une partie plus dense en perches fines, recépées des souches depuis trois ans seulement, j’en abats plusieurs à la file et je les dépiaute ensemble, en les faisant se caler les unes sur les autres.
Cette partie du travail est la plus pénible quand on travaille seul ou seule. Elle est indispensable pourtant.
Je taille de longues portions de perches que je stocke dans le fossé pour l’hiver. Quand j’aurai tout abattu, si j’ai encore du courage, je reprendrai le chantier pour débiter ces troncs sur mon chevalet, en les empilant pour les couper en rondins prêts pour le poêle dans quelques mois.

image

Le plus encombrant est la ramure.
Quand on est plusieurs sur un chantier d’abattage de haie, un peut abattre, un autre tirer les perches, un autre ranger la ramure.
Évacuer la ramure est le plus difficile quand on est seul. Guenal m’a appris à tailler sous une départ de branches pour tout tirer en même temps sans me fatiguer. Je les mets en tas, en attendant de les brûler ou les broyer. J’y reviendrai en son temps.

Certes, je suis consciente que je ne ferai jamais aussi bien qu’un bûcheron traditionnel, auquel je ferai appel pour les plus gros troncs. Mais je lui aurai préparé le travail en lui proposant un chantier propre, sur lequel il interviendra aves ses grosses machines, hors de ma portée.
Je reparlerai des bûcherons professionnels une autre fois. Je leur rends grâce aussi de tout ce qu’ils m’ont apporté dans la lecture d’un paysage. Sans les hommes des bois que j’ai connus, je n’aurais même pas eu l’idée de me lancer dans mes chantiers de restructuration végétale de mon domaine.

image

Les bienfaits personnels du chantier d’abattage
J’aime ce travail extérieur qui m’offre l’occasion d’être dehors quand le soleil rayonne en hiver. Il nécessite stratégie globale, intelligence du milieu, perspectives de vue. Il m’apporte lumière et espace. Il redonne au voisin agriculteur son territoire légitime. Il me permet de m’oxygéner et de me sentir en pleine forme physique. Je souhaite donc à toutes les femmes seules devant gérer un jardin de se lancer.

Gaelle Kermen, Kerantorec, 5 janvier 2014

Remerciements :
Guenal Boursier-Le Doze, couvreur-zingueur-cordiste à Moëlan-sur-Mer

2014_chantier sur le bucheronnage de la haie

Cahier de chantier 2014
Bonne année à toutes celles et à tous ceux qui me feront l’honneur de lire mes aventures de chantier. Je tiens mon cahier de chantier depuis 1999 et dans les résolutions de l’année 2014, j’ai noté que je devais bloguer plus. Voici donc le début de mon cahier de chantier 2014, dont je vous livrerai des extraits sur ce blog.
Bloavez Mad d’an Holl !

*******
J’éprouve autant de plaisir à commencer un nouveau cahier en début d’année ou de mois sur mon application Write tablet Android, que lorsque j’ouvrais un nouveau cahier fleurant bon le neuf. Mon cerveau est complètement adapté à la technologie numérique, surtout quand je pense que je n’aurai pas à retaper mes notes, juste à les corriger, élaguer, mettre en fiches et en forme quand je déciderai de les publier.

Toute ma vie j’ai été admirative des progrès apportés par la technique bien comprise, y voyant, non pas un asservissement comme beaucoup le craignent, mais bien au contraire l’émanation du génie humain. Et pour ma part, j’y vois une sacrée libération de la femme.
scies japonaises et casquette Dick sur table Manufrance 78

Pourrai-je vivre seule ici sur un domaine de plus de 3000 m2 et l’entretenir, si mes modestes forces et moyens n’étaient pas relayés par des outils ? Il est bien évident que non. Et si j’ai longtemps privilégié les scies japonaises, qui restent parmi mes meilleures amies quand j’ai un petit entretien à faire sur des rosiers ou arbustes, j’apprécie de pouvoir tronçonner seule ma haie de laurier-palmes avec une de mes récentes meilleures amies : la petite Bosch électrique de 35 cm.
les outils du chantier bois

Car mes abattages aux scies japonaises n’avaient pas suffi à désenclaver mon territoire de ses prisons végétales. Je disais que je filtrais la civilisation, que je sculptais le vivant. Tu parles ! Ça a tellement débordé chez le voisin, que ce courtois agriculteur a fini par descendre de son tracteur pour me le signaler gentiment. Je l’ai rassuré tout de suite : j’avais entrepris le nettoyage préalable du chantier pour en effet abattre les laurier-palmes devenus monstrueux en quelques années, certaines perches atteignaient huit à dix mètres de haut et leurs ramures battaient la mesure des tempêtes sur cinq mètres de large la-haut.

Cet automne 2013, le temps m’a permis d’attaquer un chantier d’importance qui avait été trop longtemps différé : l’abattage d’une haie de laurier-palmes devenue énorme muraille végétale.
la haie de palmes avant le chantier

C’est le dix novembre que Guenal, mon cousin-voisin, m’a donné ma leçon de bûcheronnage, me rappelant les gestes essentiels de l’abattage d’un arbre, suivant sa position,  suivant le vent, quoique il vaille mieux travailler quand il n’y a pas de vent, mais le vent peut aussi être un allié. Guenal me rappelle toujours les bonnes positions, la façon indispensable de tenir son équilibre en s’appuyant sur les deux pieds, comment plier les genoux pour se baisser pour soulager le dos et tout ce qui est nécessaire pour travailler en toute sécurité.

Premier arbre abattu par Guenal

Premier arbre à degager seule

J’ai révisé les gestes qu’il m’avait déjà appris, mais que mon manque de pratique m’avait fait oublier. Il a abattu les deux plus gros troncs au départ de la haie : 26 cm de circonférence. C’est beaucoup demander à la petite Bosch que j’avais choisie pour sa légèreté, environ 4 kg, qui est conçue pour des troncs de 15 cm maxi. Mais à la guerre, comme à la guerre, quand il faut y aller, faut y aller ! Et elle y va sacrément, la brave machine. Car depuis ces deux premiers troncs, j’ai continué seule, fière de montrer à Guenal les résultats de son excellente pédagogie, qui me permet de me lancer dans des chantiers d’importance que, sans ses conseils, je n’eusse pas oser braver seule.

travail en cours

Comme j’aime bien savoir où je vais pour programmer mon agenda (électronique lui aussi bien sûr, Calendar de Gmail, accessible de mes deux tablettes et du PC de bureau), j’ai compté les troncs de la haie : 225, que j’ai prévu d’abattre sur les trois mois de novembre, décembre et janvier en trois sessions, de préférence lorsque la lune décroît, après la Pleine Lune, « en décours » selon l’expression de Philibert de l’Orme, le grand bâtisseur de la Renaissance.

La première session de novembre m’a permis d’abattre le premier tiers de 70 palmes, les plus difficiles, car les troncs étaient tous imbriqués anarchiquement entre eux. Le temps était au grand beau, c’était parfait. J’ai senti quand même, au moment de la Nouvelle Lune que je devais prendre du repos. Le corps disait : Pouce !
Haie cote champ
J’ai privilégié les travaux intellectuels eux aussi de longue haleine, la saisie des dernières pages retrouvées pour les années 65 et 92, essentielles, pour compléter les cinquante ans d’écriture en cahiers.

La deuxième session a démarré à la mi-décembre. Le temps était nettement moins beau et j’ai dû souvent replier le matériel. J’avais prévu de finir pour la fin de l’année. Il en reste encore un gros bosquet qui me bouche une partie du champ où j’aime à voir s’allonger les derniers rayons du soleil les soirs. Je crois avoir fait le plus difficile. Il me reste 98 palmes à abattre et à débiter. Mais elles sont beaucoup plus fines que les précédentes et je devrais aller plus vite, en y mettant moins de forces. J’ai bon espoir de finir pour le début février, pour la fête druidique de Imbolc, le renouveau de la lumière au creux de l’hiver, date symbolique qui rythme l’année et me permet de m’organiser en démarrant le chantier de nettoyage de la haie et l’abattage des palmes après la Samain, début novembre et prévoyant la suite du débit en rondins des troncs couchés en attente dans le fossé de Imbolc jusqu’à l’équinoxe de Printemps.

chantierBois21

****
L’année 2014 a commencé par une forte tempête, plus forte que celle de Noël, avec des coefficients de marée forcissant avec la Nouvelle Lune du Premier Janvier. Je n’ai pas constaté de dégâts sur mon territoire ni ma chaumière et je rends grâce à Guenal qui avait fait des réparations l’été dernier lors d’une longue période de sécheresse bienfaisante. Je dors bien maintenant.

Ce matin du 2 janvier il fait beau. Si le temps reste beau aujourd’hui, je crois que je ne résisterai pas à l’appel de la tronçonneuse… tant j’ai hâte de voir mon horizon dégagé sur le champ voisin où le blé semé en novembre est déjà en herbe, tant j’ai hâte de voir la lumière revenue sur ma prairie et mon jardin, pour une belle année glorieuse. Vive 2014 et ses beaux chantiers en perspectives !

chantier bois par temps de pluie

Merci à Bruno Cohen pour ses conseils sur les outils, il m’avait prêté sa tronçonneuse Black & Decker, j’avais constaté que je pouvais l’utiliser, que le poids des électriques n’était plus un handicap pour mes bras toujours sollicités par la saisie informatique.

Merci à Guenal Boursier-le Doze, mon Maître es Travaux, mon gourou bienveillant, ma référence absolue.
Couvreur-Zingueur à Moëlan-sur-Mer

Philibert de l’Orme : Fiche Wikipedia
Extrait d’Inventions pour bien bastir

Outils : tronçonneuse Bosch et scies japonaises Dick

Application Android d’écriture sur tablette : Write Tablet Notepad/Journal

Gaelle Kermen
2 janvier 2014 début d’un nouveau cahier chantier

Album Flickr Chantier Bois 2013-2014

Recette beignets de fleurs de courgettes

Cet été les courgettes sont nombreuses, j’aime les cueillir petites et même avec leurs fleurs si jolies. Pour les préparer en beignet, j’ai testé la recette trouvée sur ce blog : elle est excellente, simple à réaliser. Merci !

http://www.lemanger.fr/index.php/beignets-de-fleurs-de-courgette/

  • Ingrédients (pour 1 ou 2 douzaines de fleurs) :
  • 75 grammes de farine
  • 10 cl de lait froid
  • 1 gros oeuf entier
  • 1 petite cuiller à café d’huile d’olive
  • Sel, poivre
  • Huile de friture
  • j’ai ajouté du persil dans la pâte, ça donne couleur et léger croquant.
  • fleurs_courgettes_pate.jpg
  • Outils :
  • 1 terrine
  • 1 batteur

Recette :

Mettre la farine dans une terrine, y casser le jaune d’oeuf, mettre le blanc à part, ajouter l’huile d’olive, le sel et le poivre, un peu de lait,

Monter le blanc d’oeuf au fouet.

Puis avec le fouet commencer à battre l’appareil dans la terrine en ajoutant le lait froid peu à peu.

Incorporer l’oeuf monté en neige. Un peu de persil.

Tremper les fleurs de courgettes ans cette pâte à friture, égoutter et plonger dans la friture. Retourner quand ça dore.

Egoutter sur papier absorbant.

Déguster chaud.

beignets de fleurs de courgettes

A tremper dans la sauce de votre choix : tomates, poivre, etc.

Quelque chose de léger et joyeux comme un joli soir d’été sur une terrasse au soleil couchant. Bon appétit !

Gaelle

Kerantorec, été 2013

Truc pas cher :

Après usage et refroidissement, j’ai filtré l’huile de friture et j’ai utilisé le papier filtre pour huiler les parties en chêne du plan de travail de ma cuisine, qui a besoin de temps en temps de retrouver son lustre en étant nourri. L’huile alimentaire est la moins toxique à cet effet.

plandetravailenchene.jpg

Gaelle Kermen 2013

troc et puces kergroes 14 juillet

En ce beau printemps estival breton, n’ayant plus de MacBook depuis début mars, je suis moins sur l’ordinateur et j’ai pris le temps de faire un grand, très grand ménage à Kerantorec.

J’ai allégé mes étagères, placards, armoires, j’ai sorti des revues anciennes des années 1900 à 2000, des disques classiques, jazz, pop, des pièces de costumes bretons de la région de Pleuven, Fouesnant et des tas de livres anciens ou récents.

Je les vends ce jeudi 14 juillet 2011 au Troc et Puces de Kergroes en Moelan-sur-Mer.

premier vide-grenier Riec 9 juillet 2011
J’ai aidé une amie samedi aux Puces de Riec et j’ai passé une excellente journée, pleine de rencontres passionnantes pour l’ermite que je suis. Il parait qu’on y prend vite goût.

Voici quelques idées de ce que je vends au Troc et Puces de Kergroës.
http:mhledoze.free.fr/TrocPuces/TrocPuces.html
Le 14 juillet 2011 de 9 heures à 18 heures.
route de Kerfany, de 9h à 18h.
GPS: 47.8135044, -3.6297042

Je serai ravie de vous y rencontrer.
Marie-Hélène Le Doze

© gaelle kermen 2011

recette coulant au chocolat

Coulant au chocolat

De Cuisine recette de coulant au chocolat

La recette est simple, facile, rapide à réaliser et fait toujours plaisir. Je l’avais essayée pour l’anniversaire de Célia, le 30 décembre 2010, 21 ans, ça devait se fêter. Nous nous étions régalés mais c’était un peu trop cuit dans un moule normal. J’ai trouvé des cercles en inox et des recettes sur Amazon.

Je fais pré-chauffer le four pendant la préparation.

Ingrédients

90 g de chocolat noir pâtissier
90 g de beurre salé
100g de sucre en poudre
50g de farine
3 oeufs

Ustensiles

1 balance électronique précise
1 saladier
1 cuillère en bois
1 four micro-onde
1 four traditionnel

Préparation

Je casse en morceaux 90 g de chocolat noir pâtissier dans un saladier posé sur la balance, je tare, je fais fondre un peu (2 minutes) au micro-onde, j’ajoute 90 g de beurre salé (ça relève le goût) dans le saladier, je tare, je fais fondre l’ensemble au micro-onde (2 minutes), je mélange le tout, tranquillement, en battant bien.
Toujours sur la balance, j’ajoute 100g de sucre en poudre, je tare, je mélange bien.
Toujours sur la balance, j’ajoute 50g de farine.
Puis hors de la balance, j’ajoute 3 oeufs, en battant bien, l’un après l’autre.

Cuisson à 200° de 6 à 10 minutes

Je protège la lèche-frite du four d’un papier de cuisson.
J’y pose les quatre cercles.

De Cuisine recette de coulant au chocolat

Je verse le mélange directement dans les cercles, mais c’est une erreur, j’eusse dû les chemiser au préalable de papier sulfurisé de cuisson pour un démoulage plus facile.

De Cuisine recette de coulant au chocolat

Normalement, le temps de cuisson est de 6 minutes seulement pour que l’intérieur du coulant soit coulant. Mon four n’est pas tout à fait aux mêmes normes, j’ajoute quatre minutes, jusqu’à ce que le dessus soit pris.

De Cuisine recette de coulant au chocolat

On démoule et on déguste si possible chaud. Mais froid c’est bon aussi.

De Cuisine recette de coulant au chocolat

On peut accompagner de crème anglaise. Nature c’est bon aussi.

© gaelle kermen 2011

Foie gras au micro-onde de Joel par Gaelle

Foie gras au micro-onde de Joel par Gaelle Noël 2010

Lors de ma dernière visite à Castanet-Tolosan, à la mi-septembre 2010, j’avais longuement discuté de cuisine avec un ami, Joel, chef traiteur à Toulouse. Je lui avais parlé de mes expériences de Noël 2009 avec mes foies gras dont j’avais fait des articles de blog.

Cuisson des foies gras Noël 2009

Je lui disais avoir préféré le foie gras au torchon. Il m’a parlé d’une recette inratable au micro-onde et m’a donné au vol la recette. J’ai eu le tort de ne rien noter ce jour-là, je n’ai pas encore d’iPad ! Mon amie Nadia a fini par me transmettre la recette juste avant le solstice d’hiver 2009.

Simplissime :
Déveiner le foie gras.
Saler poivrer : 16g de sel par kilo de foie gras et 2g de poivre par kilo.
Cuisson au micro onde :
3 minutes à 600w pour un bocal de 250g.

C’est tout. On avait parlé des heures de cuisines locales diverses mais je n’avais rien noté et j’ai oublié, ne gardant que des bribes, vous croyez qu’il donnerait des précisions, le chef Joel, allez va débrouille-toi :-)

Je me rappelais qu’il fallait traiter le foie non froid, donc le sortir bien avant de le cuire.
Et ça se conservait le temps des fêtes, trois semaines au frais.
Plus des flocons de fleur de sel au moment de servir… Salies de Bearn chez Joel.

J’avais un foie gras entier frais qui attendait au frigo, que ma compagne de voyage, JAY, m’avait offert, de marque Montfort, foie déveiné, déjà assaisonné. Bien pratique cette formule, elle fait gagner du temps et évite les contacts avec le produit fragile.

De Foie gras de Joel façon Gaelle

Mes premiers essais ont été fait dans deux pots Familia Wiss de 200g. Le premier sans rien et trois minutes à fond la caisse, conclusion j’ai léché le micro-onde ! Le deuxième j’ai pensé à mettre un film. J’ai couvert les pots à chaud avec la rondelle bien ébouillantée au préalable.
Ils sont scellés comme des conserves, ils peuvent donc se conserver 6 mois d’après ce que m’avait dit Joel. Mais à mon avis, le foie a souffert.

De Foie gras de Joel façon Gaelle
De Foie gras de Joel façon Gaelle
De Foie gras de Joel façon Gaelle

Avant de faire la terrine, je l’ai ébouillantée, au micro-onde toujours, remplie d’eau, mise à sécher.

De Foie gras de Joel façon Gaelle

Le foie gras est bien tassé et réassaisonné en surface, aux flocons de fleur de sel de Guérande et poivre.

De Foie gras de Joel façon Gaelle

Film alimentaire sur la terrine mise dans un plat à bain-marie pour micro-onde.

De Foie gras de Joel façon Gaelle

J’ai fermé le récipient à bain-marie en laissant les trous ouverts pour libérer la vapeur.

De Foie gras de Joel façon Gaelle

J’ai cuit en trois fois 1 minute, vérifiant l’état du foie à chaque fois. L’avantage sur la méthode que j’ai adoptée hier (3 minutes sans bain-marie) est que le foie ne se défait pas, il reste entier.

Le résultat après trois minutes à 600w au micro-onde : peu de gras autour du foie bien compact.

De Foie gras de Joel façon Gaelle

Le foie est bien tassé deux heures à température ambiante puis une nuit au frigo.

De Foie gras de Joel façon Gaelle

La table de fête de solstice d’hiver 2010, deux foies gras, du jurançon, de la confiture de feijoa maison apporté par mon ami Bruno avec qui je goûte mes dernières préparations culinaires.

De Foie gras de Joel façon Gaelle

Bruno heureux devant les foies gras maison. Le foie gras que l’on voit en premier plan a été fait sans être mis au bain-marie, trois minutes non stop, et a rendu beaucoup plus de gras.

De Foie gras de Joel façon Gaelle

Gaelle, foie gras et jurançon en souvenir d’Henri IV.

De Foie gras de Joel façon Gaelle

Le foie gras mi-cuit au micro-onde démoulé.

De Foie gras de Joel façon Gaelle

Ou ce qu’il en reste.

De Foie gras de Joel façon Gaelle

Moi j’aime le gras du foie gras, surtout au petit déjeuner, mais mes invités ont préféré le foie gras mi-cuit fait selon la recette que je donne ici. Il est à consommer rapidement, ce qui ne devrait pas poser de problèmes par les temps qui courent.

Je vous souhaite à tous de belles fêtes de solstice d’hiver 2010.
Nedeleg Laouenn d’an Holl.
Merci à Joel, merci à Nadia de Castanet-Tolosan.

Dernier petit détail, de Joel : la fleur de sel au moment de servir, chez lui de Salies de Bearn, chez moi de Guérande.

© gaelle kermen 2010

AmazonKindle3 in case of first freezing

27 septembre 2010

De Amazon Kindle 3

I received my Amazon Kindle3 on the16th of september. I very much enjoyed this new way of reading books anywhere, everywhere.

But, after ten days, I had problems with my Kindle 3.

I tried to manage my Social Networks but was not abble to pass from Twitter to Facebook and the system seemed to freeze.

But after that I was able to read with a great pleasure. This morning also.
Then I was very pleased to find rare books from the Public Domain Books and I downloaded them to my dear Kindle.

But suddenly, the Kindle was not connected and it asked me to restart from the Settings in the Menu but I did not find this fonction.

I wanted to look at my list of books, Home, by clicking on a pdf book that I had already read and there I had a message saying that the function of reading of the pdf was not implemented. But I could read yet several books under this format. I tried to return to other books, I had a white screen with in top the Oxford Dictionary I consulted yesterday.
I wanted to open another books already read or that I had just downloaded, but then I always get an empty screen with in top in the bar the first title of the library: Adolphe of Benjamin Constant. I tried to return to the Menu in Settings for Restart like that was advised on the first screen, but in vain.
I went to page 3 and I clicked on the function Social Networks Manage and then everything was frozen.
I extinguished manually and started again Kindle but it returned to an empty screen with the Settings title at the top without movement.
The screen is white as when Kindle is extinct.
I connected Kindle to MacBook, but Kindle did not go up on the desk and there’s no screen post as that was usually done when it charged its battery.
I did everything you said in case of frozen Kindle without any result.

The battery was with less its half.
I had downloaded more than 200 ebooks.
I had also some files of music MP3.

Thank you very much to help me.

Gaelle Kermen,
indie author who was so pleased to have a good tool to read everywhere
That was the rapport I sent to the Amazon support site.

27 septembre
Amazon answered me in the day :

Hello Gaelle,

Updating your kindle to the latest software version can help solve intermittent problems. I would recommend downloading the early preview release of Kindle software version 3.0.2,

You can download the latest Kindle software update to your computer and transfer it to your Kindle via USB. Here’s how:

1.    Visit the link below to download the latest software update file directly to your computer:

http://www.amazon.com/kindlesoftwareupdates/

2.    Turn your Kindle on and connect it to your computer using the USB cable.

3.    Use your computer’s file browser to copy the update file from your computer to the Kindle root directory. (The root directory contains a number of folders — such as « audible, » « documents, » and « music » — and is typically denoted by a « device » icon).

4.    Check your file browser’s file transfer progress bar to ensure that file transfer to your Kindle is complete. When you’re confident the file has transferred successfully, you can use your computer’s unmount or eject function to safely disconnect Kindle from your computer.

5.    Disconnect the USB cable from Kindle and your computer.

6.    Go to the Home screen, press the Menu key, and select « Settings. »

7.    Press the Menu key again, and then select « Update Your Kindle. » (This option will be grayed out if the most recent update has already been installed.)

8.    Select « OK » when prompted if you want to perform an update.

I hope this helps. Thanks for using Kindle.

Did I solve your problem?

If yes, please click here:
http://www.amazon.com/rsvp-y?c=hxxrftex3407426886

If no, please click here:
http://www.amazon.com/rsvp-n?c=hxxrftex3407426886&q=dgk1

Please note: this e-mail was sent from an address that cannot accept incoming e-mail.

To contact us about an unrelated issue, please visit the Help section of our web site.

Best regards,

Andy
Amazon.com
Your feedback is helping us build Earth’s Most Customer-Centric Company.
http://www.amazon.com/your-account
****
Everything is allright ! I can go on with my Kindle in my pocket…

De Amazon Kindle 3

© gaelle kermen 2010

barrière anti-cons

J’avance mon projet de barrières anti-cons.

J’appelle con quelqu’un qui se croit assez important pour croire qu’il peut impunément m’arrêter dans mon programme, m’obliger à stopper mes occupations d’écriture ou de chantier, pire même parfois me réveiller de ma sieste, ce qui est véritablement sacrilège, et qui trouverait normal que je lui serve un coup à boire, quand j’ai vraiment autre chose en tête. J’appelle con celui ou celle qui prend mal mon refus et qui s’attend à avoir des excuses de ma part quand c’est moi qui ai été dérangée…

Grâce à l’assistance de mon banquier, qui apprécie ma bonne gestion d’un très petit budget, je vais pouvoir faire les choses solidement, en bonne et due forme.

Pour le terrassement, j’ai vu Jean-Pierre Le Bail de Kergroës : il m’a donné de bons conseils comme toujours avec les artisans que j’ai connus il y a plus de trente ans et qui sont heureux de revenir travailler à Kerantorec. Il me faut faire vite, Charlie Bail son frère est déjà à la retraite, et Jean-Pierre, le plus jeune des fils Le Bail, ne va pas tarder… Quant à moi, de l’âge de Charlie, j’ai aussi intérêt à faire les choses maintenant sans attendre d’être déglinguée…

Pour les barrières, je vais voir ce qui est proposé sur place chez Henrio Matériaux à Quimperlé, à 12 kms.

Pour le sable et les matériaux de maçonnerie des piliers, ce sera à Big Mat route de Kergroës, 500m de chez moi à vol d’oiseau.

Pour l’enrobé du parking, ce sera l’entreprise Louvel de Riec-sur-Belon, à 6 kms.

L’expression de barrière anti-con est de mon ami Bruno Cohen, qui se sent enfin tranquille chez lui depuis qu’il a mis un portail en aluminium vert, très chic, et qu’il a entièrement clôturé sa propriété.

Nos besoins ne sont pas les mêmes en matériaux, sa maison date de mai 68, la mienne d’avant la révolution. Il peut mettre ce qu’il veut. Moi non, car je suis dans un périmètre historique, eu égard à la présence d’un menhir et d’une allée couverte. Je dois utiliser des menuiseries en bois d’un ton marron ou naturel.

Mes nos besoins de protection anti-cons sont les mêmes. Peut-être parce que nous avons eu trop de gens à utiliser nos compétences sans les reconnaitre ni les rétribuer à leurs justes valeurs. Peut-être parce que nous vivons seuls et n’avons personne d’autre pour recevoir une visite imprévue, comme c’est le cas pour les familles.
Et si nous avons choisi de vivre à la campagne, c’est parce que nous apprécions le calme et la tranquilité.

Affaire à suivre…

© gaelle kermen 2010

epicerie des 4 vents a kerampellan

10 juillet 2010 à 12 heures, inauguration de l’épicerie des 4 vents à Kerampellan en Moëlan-sur-Mer, sur la route de Merrien et Doëlan.

De épicerie les 4 vents
De épicerie les 4 vents
De épicerie les 4 vents
De épicerie les 4 vents
De épicerie les 4 vents
De épicerie les 4 vents
De épicerie les 4 vents
De épicerie les 4 vents
De épicerie les 4 vents

A bientôt !

© gaelle kermen 2010