Rentrer du bois pour l’hiver : cahier de chantier 2016

Rentrer du bois est une nécessité avant la mauvaise saison quand on habite à la campagne et que deux poêles sont la principales source de chauffage d’une grande chaumière bretonne.

Depuis des années, je n’avais plus pu vraiment acheter du bois faute de moyens financiers suffisants. Je tronçonnais moi-même mon bois, il fallait le laisser sécher et je n’avais jamais assez de piles de bois secs devant moi, pour mon confort d’esprit et de corps. Aussi, souvent je passais l’hiver en haut dans ma chambre, pour économiser le bois.

Mais depuis que j’ai fait de nombreux aménagements dont j’ai fait le bilan fin 2014 sur ce blog, j’ai envie de profiter de ma maison et pas seulement de ma chambre et d’un coin studio où je peux faire du café et du thé et réchauffer une soupe.

Il y a un an, une rentrée d’argent imprévue m’avait permis de faire livrer une palette de bûches de chêne de 30 cm par Bretagne multi-energies. Cette année, vivant enfin plus confortablement que ces dix dernières années, recevant encore une somme d’argent imprévue dans le budget, j’ai pu commander deux palettes. Une de chêne, charme et hêtre des forets bretonnes, une de bûches densifiées de chênes, un test après avoir testé des bûches densifiées dont la provenance venait de résineux sans origine garantie.

L’idée des bûches densifiées ou des pellets me plaît bien, parce que ce sont des branches broyées après le débit des troncs d’arbres et compressées. On utilise donc maintenant ce qui autrefois était laissé sur place ou, pire, brûlé, pour faire propre. Recycler ces déchets est donc une excellente démarche écologique.


Voici le récit de mon aventure récente de rangement de bois près des poêles et le stockage dans la petite chaumière, par des extraits de mon Cahier de Chantier 2016.


Livraison des palettes de bois

Dimanche 27 novembre 2016 7h50 lit dictée iPhone

J’ai donc été livrée d’une tonne et demie de bois hier matin : une tonne de bois densifié de chêne et une demi-tonne de bûches de chênes.

J’en ai déjà rangé 500 kg, c’est beaucoup plus que ce que je pensais pouvoir faire toute seule. Gwenaël, mon voisin, devait venir m’aider, mais je ne l’ai pas vu et je ne l’ai pas attendu, j’ai voulu profiter du temps sec pour commencer les rangements.

J’ai calibré chaque brouette avec trois paquets de cinq bûches, soit environ trente kilos. Lorsque je fais de la maçonnerie, je sais que je ne peux pas transporter plus de quarante kilos. Là, je sens que je ne ferais pas grand chose si je chargeais trop la mule, en l’occurrence ma brouette.

J’ai rempli tout ce qui était possible en bois densifié et bûches de chêne dans le bureau, j’ai fait une partie du rangement du bois densifié dans le salon et j’ai préparé le chantier de la petite chaumière en répartissant le coin des bûches et le coin du bois densifié.

Stockage des bois

Je ne sais pas combien de mètres j’ai fait dans ces allers et retours et je vais mesurer aujourd’hui avec Cyclometer, l’application qui me sert à mesurer mes courses à vélo.

Ce matin, je sens les courbatures dans les jambes et un peu dans les bras, mais moins que je ne le craignais. Ça m’a fait du bien cet exercice et j’ai hâte de le recommencer tout à l’heure. D’autant qu’il fait un beau temps sec, le ciel est sans nuage et le vent léger va bien sécher tout ça.

Je suis descendue assez tôt pour faire le feu dans le salon, il fait 17° en bas dans la cuisine et c’est agréable. J’ai déjeuné au coin du feu, il faisait bon. Je suis rassurée d’être enfin parée pour l’hiver s’il fait froid. Ce que j’ai rentré hier va me permettre d’avoir toujours un feu bien alimenté, bien vif. En ajoutant le bois que j’ai coupé moi-même il y a un an et demi et deux ans, j’aurai trois bois différents dans chaque flambée, garantie d’un feu équilibré et durable.

Je crois bien que c’est la première fois de ma vie que je peux envisager un hiver sans souci de chauffage. Jusqu’ici c’était toujours du bricolage. Cette fois, j’ai du bois bien sec, du bois qui donne tout son potentiel calorifère, du bois prêt à être mis dans le poêle. En tout cas j’apprécie cette sécurité d’avoir une maison qui rayonne une douce chaleur, sans trop.
21h20 lit dictée iPad J’ai rangé tout le bois densifié dans le salon et la petite chaumière. J’ai un peu mal aux bras, mais j’ai surtout très mal aux jambes. Demain je finirai quand même de ranger les bûches, leur place est préparée entre le mur d’entrée et le tas des paquets de bois densifié.


Lundi 28 novembre 2016 18:04 Mac mini bureau

Tout le bois est rangé à sa place. Les deux palettes sont dégarnies et vont me servir pour ma clôture future.

J’ai fait les calculs de ce que j’ai déplacé en cinq heures sur trois jours, sans me faire mal.

Cyclemeter, d’habitude utilisé pour mes courses à vélo, cette fois pour mes transports de bûches à la brouette

Cette fois, j’ai branché Cyclemeter et j’ai le résultat de ma course à brouette. J’ai transporté 7 brouettes et fait 2,14 km pendant 45 minutes, une moyenne horaire de 2,73 km, c’est en effet ma moyenne lorsque je tonds la prairie.

J’ai fait quatre heures et demi de transport de bûches depuis samedi matin. J’ai donc parcouru 12,30 kilomètres. Mine de rien, c’est comme si j’étais à Quimperlé à pied ! je ne me croyais pas capable de marcher si longtemps. Bon, d’accord, j’ai mis deux jours et demi pour faire ça, c’est pas un record !

Je continue mes calculs d’apothicaire.

J’ai fait 7 brouettes en 47 minutes, soit 9 brouettes à l’heure, j’ai donc charrié au moins 42 brouettes d’un poids entre 30 et 40 kg. Au total j’ai déplacé un poids entre 1260 kg et 1680 kg. Et pour déplacer du bois, il faut porter une fois les bûches jusqu’à la brouette en les soulevant du tas, puis avancer la brouette jusqu’à la porte du stockage choisi, enfin il faut reprendre les bûches dans les bras et les emporter jusqu’au point de stockage. Là, ça commence à donner le vertige. J’ai dû porter dans mes bras, soutenue par mes jambes, disons une fois et demi le poids initial déplacé, entre 3150 et 4200 kg ! Je suis bien plus forte que je le crois.

17:52 Le bois est rangé. Sur trois jours, en cinq heures, j’ai déplacé une tonne et demi de bois. Je suis assez fière de moi, car je ne me suis pas fait mal. J’ai quelques courbatures, mais rien de grave, et si je continue à travailler dehors, ces exercices seront considérés comme de l’échauffement.


Mardi 29 novembre 10h37 lit dictée iPad

Ce matin était le premier matin froid, avec température sans doute au-dessous de zéro, car l’eau d’un petit bol est gelée ce matin.

J’ai aussi rentré le petit salon en fonte et je l’ai mis dans le coin des bûches près du poêle qui chauffe bien maintenant. Je vais voir si c’est agréable de prendre un café là ou une tasse de thé avec un ami.

Salon de jardin au coin du feu

J’ai mis deux pains à lever près du poêle, du pain fait avec de la farine semi-complète type 110, je teste.
Comme je sens quand même les courbatures un peu partout je suis montée me recoucher un peu. Mais le soleil est là, il fait froid et beau. C’est le temps parfait pour aller faire du nettoyage sur le domaine.
Je vais aussi faire deux ou trois brouettes de bois de palme rangé sur le parking afin d’avoir les trois sortes de bois à brûler dans les poêles.

Quand je regarde mon domaine, je suis fière de moi, c’est magnifique et je me sens bien à ma place dans cette harmonie entre les éléments humains et naturels.

17:33 Il va faire froid cette nuit, j’ai bien chargé les deux poêles. Le ciel est clair. Le soleil se couche. Et moi, je vais fermer l’ordinateur pour monter déjà me préparer pour la nuit, comme le soleil.

Écrire au coin du feu en hiver les pieds en l’air

Gaelle,
Kerantorec, le 8 décembre 2016


Cyclemeter sur iTunes

Bretagne multi-energies

Lien à l’album sur Google Photos
***

Gaelle Kermen tient ses cahiers de chantier pour les publier en numérique. Elle est l’auteur des guides pratiques francophones, Scrivener plus simple pour Mac, Windows et iOS, publiés sur toutes les plateformes numériques par ACD Carpe Diem, 2016.

Page auteur sur Iggybook

Page auteur sur Amazon

 

Publicités

Bilan 2014 2 menuiserie en bois de palette mobilier de jardin

En 2014, j’avais prévu de refaire les meubles de mon bureau et de la cuisine, avec le bois stocké depuis des années dans la petite chaumière. Puis mon petit cousin-voisin m’a donné des palettes d’ardoises canadiennes. Il m’a inspiré toute une série de mobilier de jardin. Voici un aperçu des menuiseries 2014 et des réinstallations qu’elles ont permises.

BILAN 2
Lorsqu’on fait des travaux, on dépend de multiples facteurs extérieurs, comme la météo, ou les occasions. Si mon voisin couvreur ne m’avait pas apporté des palettes, après certains de ses chantiers, je n’aurais sans doute pas fait autant de menuiserie au cours de l’été 2014. Et si la météo avait été plus maussade, non plus.

Il a fait beau de Pâques à la Toussaint et j’ai pu organiser mes chantiers dehors durant plusieurs mois, sous les grands frênes au moment des plus fortes chaleurs ou sous la pergola, au printemps et en automne, selon l’orientation du soleil, en immersion totale avec la nature.

Le bois des palettes canadiennes m’avait séduite, une fois bien nettoyé et poncé, c’était un bonheur que de l’assembler. J’avais donc commencé par faire un plateau pour réparer une table de jardin (Manufrance, catalogue 1978), dont le plateau était troué par la rouille. Le résultat était concluant, je pouvais continuer.
image

J’avais eu l’occasion d’utiliser quelques planches déjà déclouées, mais c’était autre chose de démonter une palette entière. J’ai failli renoncer, car je n’ai pas beaucoup de forces, même si l’expérience m’a appris à bien les gérer. Heureusement Guenal m’a appris les bons gestes à avoir avec l’arrache-clou, et j’ai continué. Ensuite j’ai acquis une scie-égoïne électrique, qui m’a permis de faire des découpes propres sur les plateaux (j’avais essayé avec la tronçonneuse, mais c’était trash !).

Le premier meuble réalisé a été :

1 table de jardin pour coin de feu ouest
En 2013, lorsque je retravaillais le domaine, j’avais créé deux coins feu extérieurs, pour utiliser des grosses pierres que je devais changer de place. Ces deux feux sont des points d’attraction importants pendant toute la belle saison. J’utilise le coin feu du muret lorsque je suis seule, et le coin ouest est utilisé lorsque nous sommes nombreux, dans le soleil descendant sur la prairie. Le premier meuble de jardin a donc été une table pour ce coin.

image

2 tables de jardin et 1 desserte-servante d’atelier

trois tables palette1

2 dessertes
image

2 dessertes de salon avec plateaux en pin et châtaignier
image

1 jardinière à pied pour l’ami Bruno

Merci à Mohktar Hadjeras pour le gros coup de main de démontage de la dernière palette transformée en jardinière à pied.

Chantier palette canadienne

palette en cours de démontage pour faire une jardinière à pied
palette en cours de démontage pour faire une jardinière à pied
plan de la jardinière à pied en utilisant des parties de la palette
plan de la jardinière à pied en utilisant des parties de la palette

image

A la Toussaint, j’ai cessé les chantiers menuiserie, même si je gardais les outils à portée de main, dans la cuisine, au cas où j’aurais une étagère à ajouter, un truc déglingué à réparer.

Et je suis passée à la restauration du salon, qui attendait lui aussi depuis des mois et des années que je sois enfin disponible pour m’occuper de lui.

A suivre : la restauration du salon, avec l’installation d’un nouveau poêle.

Bilan 1 mobilier intérieur
Bilan 2 mobilier de jardin en bois de palette
Bilan 3 restauration du salon

Plus de photos sur Galerie Flickr 

Gaelle Kermen 2015