Rentrer du bois pour l’hiver : cahier de chantier 2016

Rentrer du bois est une nécessité avant la mauvaise saison quand on habite à la campagne et que deux poêles sont la principales source de chauffage d’une grande chaumière bretonne.

Depuis des années, je n’avais plus pu vraiment acheter du bois faute de moyens financiers suffisants. Je tronçonnais moi-même mon bois, il fallait le laisser sécher et je n’avais jamais assez de piles de bois secs devant moi, pour mon confort d’esprit et de corps. Aussi, souvent je passais l’hiver en haut dans ma chambre, pour économiser le bois.

Mais depuis que j’ai fait de nombreux aménagements dont j’ai fait le bilan fin 2014 sur ce blog, j’ai envie de profiter de ma maison et pas seulement de ma chambre et d’un coin studio où je peux faire du café et du thé et réchauffer une soupe.

Il y a un an, une rentrée d’argent imprévue m’avait permis de faire livrer une palette de bûches de chêne de 30 cm par Bretagne multi-energies. Cette année, vivant enfin plus confortablement que ces dix dernières années, recevant encore une somme d’argent imprévue dans le budget, j’ai pu commander deux palettes. Une de chêne, charme et hêtre des forets bretonnes, une de bûches densifiées de chênes, un test après avoir testé des bûches densifiées dont la provenance venait de résineux sans origine garantie.

L’idée des bûches densifiées ou des pellets me plaît bien, parce que ce sont des branches broyées après le débit des troncs d’arbres et compressées. On utilise donc maintenant ce qui autrefois était laissé sur place ou, pire, brûlé, pour faire propre. Recycler ces déchets est donc une excellente démarche écologique.


Voici le récit de mon aventure récente de rangement de bois près des poêles et le stockage dans la petite chaumière, par des extraits de mon Cahier de Chantier 2016.


Livraison des palettes de bois

Dimanche 27 novembre 2016 7h50 lit dictée iPhone

J’ai donc été livrée d’une tonne et demie de bois hier matin : une tonne de bois densifié de chêne et une demi-tonne de bûches de chênes.

J’en ai déjà rangé 500 kg, c’est beaucoup plus que ce que je pensais pouvoir faire toute seule. Gwenaël, mon voisin, devait venir m’aider, mais je ne l’ai pas vu et je ne l’ai pas attendu, j’ai voulu profiter du temps sec pour commencer les rangements.

J’ai calibré chaque brouette avec trois paquets de cinq bûches, soit environ trente kilos. Lorsque je fais de la maçonnerie, je sais que je ne peux pas transporter plus de quarante kilos. Là, je sens que je ne ferais pas grand chose si je chargeais trop la mule, en l’occurrence ma brouette.

J’ai rempli tout ce qui était possible en bois densifié et bûches de chêne dans le bureau, j’ai fait une partie du rangement du bois densifié dans le salon et j’ai préparé le chantier de la petite chaumière en répartissant le coin des bûches et le coin du bois densifié.

Stockage des bois

Je ne sais pas combien de mètres j’ai fait dans ces allers et retours et je vais mesurer aujourd’hui avec Cyclometer, l’application qui me sert à mesurer mes courses à vélo.

Ce matin, je sens les courbatures dans les jambes et un peu dans les bras, mais moins que je ne le craignais. Ça m’a fait du bien cet exercice et j’ai hâte de le recommencer tout à l’heure. D’autant qu’il fait un beau temps sec, le ciel est sans nuage et le vent léger va bien sécher tout ça.

Je suis descendue assez tôt pour faire le feu dans le salon, il fait 17° en bas dans la cuisine et c’est agréable. J’ai déjeuné au coin du feu, il faisait bon. Je suis rassurée d’être enfin parée pour l’hiver s’il fait froid. Ce que j’ai rentré hier va me permettre d’avoir toujours un feu bien alimenté, bien vif. En ajoutant le bois que j’ai coupé moi-même il y a un an et demi et deux ans, j’aurai trois bois différents dans chaque flambée, garantie d’un feu équilibré et durable.

Je crois bien que c’est la première fois de ma vie que je peux envisager un hiver sans souci de chauffage. Jusqu’ici c’était toujours du bricolage. Cette fois, j’ai du bois bien sec, du bois qui donne tout son potentiel calorifère, du bois prêt à être mis dans le poêle. En tout cas j’apprécie cette sécurité d’avoir une maison qui rayonne une douce chaleur, sans trop.
21h20 lit dictée iPad J’ai rangé tout le bois densifié dans le salon et la petite chaumière. J’ai un peu mal aux bras, mais j’ai surtout très mal aux jambes. Demain je finirai quand même de ranger les bûches, leur place est préparée entre le mur d’entrée et le tas des paquets de bois densifié.


Lundi 28 novembre 2016 18:04 Mac mini bureau

Tout le bois est rangé à sa place. Les deux palettes sont dégarnies et vont me servir pour ma clôture future.

J’ai fait les calculs de ce que j’ai déplacé en cinq heures sur trois jours, sans me faire mal.

Cyclemeter, d’habitude utilisé pour mes courses à vélo, cette fois pour mes transports de bûches à la brouette

Cette fois, j’ai branché Cyclemeter et j’ai le résultat de ma course à brouette. J’ai transporté 7 brouettes et fait 2,14 km pendant 45 minutes, une moyenne horaire de 2,73 km, c’est en effet ma moyenne lorsque je tonds la prairie.

J’ai fait quatre heures et demi de transport de bûches depuis samedi matin. J’ai donc parcouru 12,30 kilomètres. Mine de rien, c’est comme si j’étais à Quimperlé à pied ! je ne me croyais pas capable de marcher si longtemps. Bon, d’accord, j’ai mis deux jours et demi pour faire ça, c’est pas un record !

Je continue mes calculs d’apothicaire.

J’ai fait 7 brouettes en 47 minutes, soit 9 brouettes à l’heure, j’ai donc charrié au moins 42 brouettes d’un poids entre 30 et 40 kg. Au total j’ai déplacé un poids entre 1260 kg et 1680 kg. Et pour déplacer du bois, il faut porter une fois les bûches jusqu’à la brouette en les soulevant du tas, puis avancer la brouette jusqu’à la porte du stockage choisi, enfin il faut reprendre les bûches dans les bras et les emporter jusqu’au point de stockage. Là, ça commence à donner le vertige. J’ai dû porter dans mes bras, soutenue par mes jambes, disons une fois et demi le poids initial déplacé, entre 3150 et 4200 kg ! Je suis bien plus forte que je le crois.

17:52 Le bois est rangé. Sur trois jours, en cinq heures, j’ai déplacé une tonne et demi de bois. Je suis assez fière de moi, car je ne me suis pas fait mal. J’ai quelques courbatures, mais rien de grave, et si je continue à travailler dehors, ces exercices seront considérés comme de l’échauffement.


Mardi 29 novembre 10h37 lit dictée iPad

Ce matin était le premier matin froid, avec température sans doute au-dessous de zéro, car l’eau d’un petit bol est gelée ce matin.

J’ai aussi rentré le petit salon en fonte et je l’ai mis dans le coin des bûches près du poêle qui chauffe bien maintenant. Je vais voir si c’est agréable de prendre un café là ou une tasse de thé avec un ami.

Salon de jardin au coin du feu

J’ai mis deux pains à lever près du poêle, du pain fait avec de la farine semi-complète type 110, je teste.
Comme je sens quand même les courbatures un peu partout je suis montée me recoucher un peu. Mais le soleil est là, il fait froid et beau. C’est le temps parfait pour aller faire du nettoyage sur le domaine.
Je vais aussi faire deux ou trois brouettes de bois de palme rangé sur le parking afin d’avoir les trois sortes de bois à brûler dans les poêles.

Quand je regarde mon domaine, je suis fière de moi, c’est magnifique et je me sens bien à ma place dans cette harmonie entre les éléments humains et naturels.

17:33 Il va faire froid cette nuit, j’ai bien chargé les deux poêles. Le ciel est clair. Le soleil se couche. Et moi, je vais fermer l’ordinateur pour monter déjà me préparer pour la nuit, comme le soleil.

Écrire au coin du feu en hiver les pieds en l’air

Gaelle,
Kerantorec, le 8 décembre 2016


Cyclemeter sur iTunes

Bretagne multi-energies

Lien à l’album sur Google Photos
***

Gaelle Kermen tient ses cahiers de chantier pour les publier en numérique. Elle est l’auteur des guides pratiques francophones, Scrivener plus simple pour Mac, Windows et iOS, publiés sur toutes les plateformes numériques par ACD Carpe Diem, 2016.

Page auteur sur Iggybook

Page auteur sur Amazon

 

Publicités

Bilan 2014 2 menuiserie en bois de palette mobilier de jardin

En 2014, j’avais prévu de refaire les meubles de mon bureau et de la cuisine, avec le bois stocké depuis des années dans la petite chaumière. Puis mon petit cousin-voisin m’a donné des palettes d’ardoises canadiennes. Il m’a inspiré toute une série de mobilier de jardin. Voici un aperçu des menuiseries 2014 et des réinstallations qu’elles ont permises.

BILAN 2
Lorsqu’on fait des travaux, on dépend de multiples facteurs extérieurs, comme la météo, ou les occasions. Si mon voisin couvreur ne m’avait pas apporté des palettes, après certains de ses chantiers, je n’aurais sans doute pas fait autant de menuiserie au cours de l’été 2014. Et si la météo avait été plus maussade, non plus.

Il a fait beau de Pâques à la Toussaint et j’ai pu organiser mes chantiers dehors durant plusieurs mois, sous les grands frênes au moment des plus fortes chaleurs ou sous la pergola, au printemps et en automne, selon l’orientation du soleil, en immersion totale avec la nature.

Le bois des palettes canadiennes m’avait séduite, une fois bien nettoyé et poncé, c’était un bonheur que de l’assembler. J’avais donc commencé par faire un plateau pour réparer une table de jardin (Manufrance, catalogue 1978), dont le plateau était troué par la rouille. Le résultat était concluant, je pouvais continuer.
image

J’avais eu l’occasion d’utiliser quelques planches déjà déclouées, mais c’était autre chose de démonter une palette entière. J’ai failli renoncer, car je n’ai pas beaucoup de forces, même si l’expérience m’a appris à bien les gérer. Heureusement Guenal m’a appris les bons gestes à avoir avec l’arrache-clou, et j’ai continué. Ensuite j’ai acquis une scie-égoïne électrique, qui m’a permis de faire des découpes propres sur les plateaux (j’avais essayé avec la tronçonneuse, mais c’était trash !).

Le premier meuble réalisé a été :

1 table de jardin pour coin de feu ouest
En 2013, lorsque je retravaillais le domaine, j’avais créé deux coins feu extérieurs, pour utiliser des grosses pierres que je devais changer de place. Ces deux feux sont des points d’attraction importants pendant toute la belle saison. J’utilise le coin feu du muret lorsque je suis seule, et le coin ouest est utilisé lorsque nous sommes nombreux, dans le soleil descendant sur la prairie. Le premier meuble de jardin a donc été une table pour ce coin.

image

2 tables de jardin et 1 desserte-servante d’atelier

trois tables palette1

2 dessertes
image

2 dessertes de salon avec plateaux en pin et châtaignier
image

1 jardinière à pied pour l’ami Bruno

Merci à Mohktar Hadjeras pour le gros coup de main de démontage de la dernière palette transformée en jardinière à pied.

Chantier palette canadienne

palette en cours de démontage pour faire une jardinière à pied
palette en cours de démontage pour faire une jardinière à pied
plan de la jardinière à pied en utilisant des parties de la palette
plan de la jardinière à pied en utilisant des parties de la palette

image

A la Toussaint, j’ai cessé les chantiers menuiserie, même si je gardais les outils à portée de main, dans la cuisine, au cas où j’aurais une étagère à ajouter, un truc déglingué à réparer.

Et je suis passée à la restauration du salon, qui attendait lui aussi depuis des mois et des années que je sois enfin disponible pour m’occuper de lui.

A suivre : la restauration du salon, avec l’installation d’un nouveau poêle.

Bilan 1 mobilier intérieur
Bilan 2 mobilier de jardin en bois de palette
Bilan 3 restauration du salon

Plus de photos sur Galerie Flickr 

Gaelle Kermen 2015

Bilan 2014 1 menuiserie interieure mobilier de bureau et cuisine

BILAN 2014
2014 fut une année de réalisations manuelles. J’ai refait le mobilier dont j’avais besoin à ma taille, à ma mesure, à mon goût, dans le bureau, la cuisine, le salon, en utilisant le bois stocké depuis des années. Puis mon petit cousin-voisin m’a donné des palettes d’ardoises canadiennes. Il m’a inspiré toute une série de mobilier de jardin. Voici un aperçu des menuiseries 2014 et des réinstallations qu’elles ont permises.

HIVER
Chantier Bois : janvier-février-mars
– fin abattage des palmes haie du haut
– débroussaillage haie
– brûlage des branches
– broyage des ronces, feuilles et petites branches pour un compostage naturel
– début de débit des palmes abattues fin 2013

image

PRINTEMPS ÉTÉ AUTOMNE

Menuiserie intérieure

Il s’agissait de débarrasser la petite chaumière du bois qui l’encombrait depuis des années. J’y ai trouvé des trésors, comme du bois de charpente resté de la réfection d’un toit en 2005, des planches de chêne achetées en l’an 2000, restées du chantier de la cuisine, d’un stock de bois d’œuvre offert par Michel Fay, et du bois acheté au fil de mes possibilités, je suis le genre de femme qui aime investir dans du bois, du sable, de la chaux et du chanvre, quand elle a un peu de sous d’avance. J’ai intégré ces trésors dans mon mobilier intérieur dans la cuisine, le bureau et le salon et j’ai fait de la place dans les dépendances, qui feront l’objet de rénovations en 2015.
Voici donc les réalisations faites du printemps à l’automne, en passant par un bel été, qui m’a permis d’installer mes chantiers sous les frênes ou la pergola de Pâques à la Toussaint.

1 plateau de table de jardin en lambris de châtaignier chez Guenal, mon cousin-voisin

Guenal avait explosé le plateau en verre de sa table de jardin en le nettoyant au Kärcher, je l’ai remplacé avec du lambris recyclé et renforcé.

image

1 plateau de chêne pour la table de la cuisine
Je n’avais pas de vraie table de cuisine, j’utilisais ma table à tréteaux d’étudiante, Vintage, Prisu 1969, mais ce n’était pas en harmonie avec les plans de travail et dessertes en chêne que j’avais créés et posés en 1999. Cette année 2014 était une quête de l’harmonie. Il fallait unifier ce qui était disparate et disgracieux.

image

Décapage des plans de travail de la cuisine faits en 1999, remise en état général
Bien sûr, en travaux de rénovation, quand on commence à remettre un bout en état, il faut continuer par un autre, c’est comme ça qu’on se retrouve à tout démonter, remettre à plat, réparer, reponcer, lasurer, puis tout remonter et réinstaller. J’avais huilé les bois il y a quinze ans, j’ai préféré opter cette fois pour quelque chose de plus solide, moins contraignant à l’entretien.

image

1 dossier pour isoler cafetière, four micro-ondes, bouilloire, blender 
Le dossier est en kit bois BricoDépôt et le dessus en chêne, taillé dans la dernière planche restant après la confection du plateau de la table de la cuisine.

image

1 bureau triple pour les ordinateurs en bois de charpente avec 2 petits bancs assortis

Au début de mes travaux, je croyais que ce chantier du mobilier de bureau serait le chantier principal de l’année 2014. Je n’imaginais pas qu’il me stimulerait, non pas pour me mettre au clavier à corriger mes écritures, mais pour réaliser dans la foulée de nombreux autres meubles pour la cuisine et le jardin.

Je ne voulais plus dans mon bureau de meubles disparates, mis là au fil des disponibilités. Je voulais unifier toutes les lignes des bois. J’ai donc conçu tout un mur pour recevoir une tablette et deux ordinateurs, de même hauteur que deux dessertes bibliothèques réalisées quelques années plus tôt. J’ai utilisé le bois de charpente que j’avais dans mes archives matériaux, en assemblant trois planches, gardant un style brut, c’est presque un étal de bateleur.

J’ai fait des plateaux coulissants pour soutenir les claviers des Macs et deux petits bancs assortis. Toutes les hauteurs des meubles sont calculées en fonction de mes mesures, pour éviter de me casser le dos ou de fatiguer les bras.

image

1 bureau mobile pour l’écran en bois de charpente au bout du divan avec 1 bibliothèque desserte en bois de pin

La sieste est un moment essentiel de ma journée de travail, qui commence souvent très tôt. C’est alors que j’aime regarder des émissions, documentaires, séries, confortablement installée sur le divan que j’ai fait aussi moi-même. Je voulais donc un bureau mobile, monté sur roulettes, que je peux orienter selon les besoins.

La desserte s’assortit à la bibliothèque à côté et harmonise ainsi tous les meubles où je dois poser des trucs. Je n’ai pas encore résolu la façon de cacher tous les fils…

image

1 petit banc pour mon petit fils

Dans la foulée, j’ai fait un petit banc pour mon petit fils de deux ans. Mais il s’en sert comme table… Plus tard, ce sera juste un marchepied, car il va durer ce petit banc, c’est du solide !

image

1 chevet divan bureau avec tiroirs en carton

Près du divan, j’ai toujours besoin d’un chevet, toujours pour poser des tas de trucs, genre fils, chargeurs, et compagnie. J’ai fait les étagères dans des chutes de tablette et les tiroirs dans des cartons de livraison.

image

1 panneau en bout de bureau triple pour accrocher sacs et manteaux fait avec les trois planches restantes

filtre-porte-marteau

1 desserte en 4 morceaux de lamellé collé pour la terrasse du bureau dite « Stonehenge »

Un vieil ami m’avait donné beaucoup de bois d’oeuvre lorsqu’il avait décidé qu’il ne ferait plus de gros travaux. J’ai trouvé dans mes archives 4 morceaux de planches lamellé-collé, dont je ne savais pas quoi faire. Pendant plusieurs années, je les ai regardées, sans idée. Et puis, cet été, j’ai trouvé. J’en ai fait une desserte pour la terrasse du bureau, où je peux prendre le café ou déjeuner, quasi toute l’année, même en hiver. Ma fille Ana l’a baptisée « Stonehenge ».
image

2 petits bancs en chêne assortis à la table de la cuisine et 2 petits bancs en bois de plancher pour la pergola en été ou la grande table du salon en hiver

L’été 2014 continuant à être beau, je pouvais travailler dehors sous la pergola (que j’avais réalisée en 2007). J’en ai profité pour utiliser toutes les chutes, du chêne, du pin des landes. J’ai des bancs pour toutes les tables de la maison ou du jardin.
image

des pieds en chêne et longerons en pin pour la table de la cuisine

Ainsi la table de la cuisine devient une vraie table de ferme en chêne. Il m’aura fallu un entraînement intensif de trois mois de menuiserie pour oser me lancer dans la réalisation du support de cette table, mais ça en valait la peine. Ainsi toute la cuisine est en chêne et pin.
image

1 banquette pour la cuisine dans une porte de dressing recyclée avec des coussins recouverts dans les chutes des rideaux

banquette-coussins

1 rampe d’escalier en tringle recyclée

J’avais remarqué qu’une de mes amies cherchait un appui inexistant en descendant. Au cours de mes travaux, j’ai récupéré une tringle en merisier et des supports, j’ai sorti la perceuse et la visseuse, les chevilles et les vis, et c’était fait. Riche idée, je risque moins de me casser la figure dans l’escalier, le genre de petit détail qui change la vie.
image

Et enfin une table pour manger au coin du feu tout l’hiver.

salon-fini-12-14_02

Voilà un état des lieux du mobilier intérieur réalisé en 2014.
Il me reste à souhaiter pouvoir en 2015 utiliser mes bureaux pour commencer les corrections des cahiers que j’ai fini de saisir fin 2013 et début 2014. Maintenant je n’ai plus d’excuse, je suis enfin bien installée !

J’espère vous donner des idées. Regardez tout ce que vous avez autour de vous, avant de vous précipiter à la Grande Surface de Bricolage la plus proche. Nous avons, nous les bricoleuses, les bricoleurs, souvent entassé des trésors dans nos archives de bois ou matériaux. Exploitons-les !

A suivre : le mobilier de jardin en bois de palettes d’ardoises canadiennes et européennes de l’été 2014.

Bilan 1 mobilier intérieur
Bilan 2 mobilier de jardin en bois de palette
Bilan 3 restauration du salon

Gaelle Kermen 2015

Kit bois et planches de chêne : magasin BricoDépôt de Lorient en 1999

Bois de charpente : magasin BricoMarché de Quimperlé en 2004

Vis d’assemblage des éléments de mobilier trouvées au magasin BricoDécor de Moëlan-sur-Mer en 2014

Archives bois de chêne : In memoriam Michel Fay (1933-2014)

Plus de photos sur Galerie Flickr 

Bucheronnage Debroussaillage et Broyage 2014

Dans cet article, plutôt que de faire des fiches formatées comme on peut en trouver sur le net, je préfère vous confier des extraits de mon cahier de chantier 2014, qui montrent de façon vivante la genèse et les résultats de mon chantier d’abattage, élagage, débroussaillage et broyage de la haie de laurier-palmes, avec ses difficultés, ses contraintes (surtout de météo), mais aussi ses réussites avec des moyens simples à la portée de toutes (et de tous).

***

Vendredi 3 janvier 2014
12:00 Je viens de faire un tour le long du champ voisin pour inspecter ma haie pour anticiper le travail à finir. Le haut recèle beaucoup de petites perches recépées depuis le début 2010, quand j’ai fait les dernières tailles à la scie japonaise. Il sera facile de les éclaircir. Mais en bas de la haie, j’ai quelques très gros troncs, que j’avais gardés car je les trouvais beaux, ils étaient repartis sur les souches des arbres abattus par mon vieil ami Hervé en 1996, ils sont donc bien forts et résistants. Ma petite Bosch de 40 cm n’est pas adaptée à ce travail de force. Je nettoierai ce que je pourrai, en abattant tous ceux qui me sont accessibles, mais pour les gros, je les allégerai de leurs branches basses et je laisserai le soin de les abattre à mon ami Xavier, bûcheron professionnel, Seigneur des Forêts.
***

image

Samedi 4 janvier 2014 11:15
La tempête a été rude avec les grands coefficients de marée de ces jours et nuits.
J’ai testé hier la grande scie japonaise de bûcheronnage. Elle peut me servir pour les petites perches, les jours où je n’ai pas envie de sortir la grosse artillerie avec les rallonges de fil, la hache, le coin, la tronçonneuse, l’huile et l’entonnoir. La scie japonaise doit être le complément de la tronçonneuse.
***

Dimanche, 5 janvier 2014 11:30
La scie japonaise peut me permettre de travailler les dimanches et jours fériés quand sont interdits les outils à moteur bruyant. Car dans la haie restant au milieu du parking, de nombreuses perches sont fines et pourraient, abattues à la scie, dégager de grandes portions de ciel et de champ, ce qui tranquilliserait mon esprit, qui ne sera content que lorsque tout sera abattu. Cela permettrait d’isoler les plus gros troncs pour mieux manœuvrer autour avec la grosse machine.
***
Lundi 6 janvier 2014
Attaque du roncier du talus
Troublée par la ligne confuse du bosquet de palmes que j’aurais aimé finir pour la fin de l’année 2013, je suis allée y travailler à la scie japonaise et j’ai pu abattre une quinzaine de petites palmes recépées.
Puis j’ai sorti l’ébrancheur pour étêter les petites palmes côté champ. Avec la cisaille à haie j’ai taillé pas mal de ronces. C’est le bon moment pour le faire, quand la sève est au plus bas. Je vais pouvoir faire ce nettoyage sur tout le bas de la haie les jours de vent comme c’était le cas aujourd’hui, où je n’avais pas envie de sortie la tronçonneuse. les fils et tout le matériel. Je suis intervenue avec légèreté et pourtant mon travail se voit, car la haie jeune se dessine sous les troncs qui seront plus faciles à abattre. Du beau boulot.
***

Mardi 7 janvier 2014 9:55
Ce matin, au point du jour, quelque chose dans le pépiement des oiseaux annonçait une belle journée. Promesse de l’aube. Quelle en sera la réalité ce soir, quand je ferai le point dans mon cahier de chantier et dans mon journal de vie ? Je n’en sais rien, sauf que l’enthousiasme m’anime déjà. En partance pour la taille des ronces impérialistes de la haie de palme. Prête à terminer quelques pages de 1992. Travail physique et travail intellectuel. Restaurer l’harmonie pour marcher dans la beauté. Devise.

21:50 J’ai rempli la mission du jour. J’ai nettoyé toutes les ronces jusqu’aux fougères, environ dix mètres carrés ont été terrassés par la cisaille à haie en 35 minutes seulement. Il sera beaucoup plus facile d’abattre les troncs, sans risquer de tomber à cause d’une ronce traitre. Je vais essayer de continuer le nettoyage de tout le bas de la haie avec les outils à main.

image

image

***

Jeudi 9 janvier 2014 21:55
Depuis le début de la semaine, je travaille au nettoyage de la base de la haie, je progresse bien. J’ai dégagé les ronces, fougères et rejets de palme jusque bas dans la prairie.
J’étais bien cet après-midi quand le soleil s’est installé, à travailler entre des bouquets d’arbres qui me donnaient envie d’y installer des chaises-longues tournées vers le champ, comme on le ferait sur une plage. Le lieu était accueillant. Puis j’ai réalisé que ces arbres étaient destinés à disparaître et que ce ne serait pas forcément l’endroit où on aimerait stationner. Mais l’idée était plaisante. C’est toujours ce genre de vision en cours de travail qui me fait avancer dans mes projets et continuer d’année en année à améliorer l’environnement.

Pour éviter la repousse de mauvaises herbes trop rapides, quand les arbres ne seront plus là en canopée, je vais laisser le broyat de fougères et ronces en place, je ne ferai pas l’erreur faite précédemment de nettoyer tout à fond, d’arracher les ronces et d’essayer d’y mettre des plants qui n’ont jamais voulu pousser. Tout a repoussé beaucoup plus vite à découvert que sur les endroits où je n’avais rien enlevé. C’est une bonne leçon à retenir : un sol ne doit pas rester découvert.

Je suis un peu triste d’être obligée d’abattre certains arbres, je les trouve si beaux, c’est pour ça que je les avais laissés en 2010, leurs troncs avaient pris de belles formes en repoussant sur les souches après 1996, la fois où un vieil ami avait tout tronçonné à ras de terre (le cher homme est dans l’autre monde depuis mai 99, je lui demande encore conseil outre-tombe et j’ai toujours de bonnes réponses). J’attends de voir ce que j’abattrai ou pas, certains ont vraiment de l’allure, j’ai trouvé aussi des chênes et des aubépines, celles-ci seraient parfaites en haies défensives, j’en transplanterai tout au long du talus, pour reconstituer un milieu plus campagnard que le laurier-palme qui fait trop banlieusard.

J’ai hâte de voir le résultat final d’une haie remise en état. Après le travail, j’ai eu besoin de reposer mes bras et mes jambes, fatigués par la taille effrénée, je me suis assise sur le divan du bureau, au coin du feu. Je voyais la belle lumière de fin de journée se répandre sur le champ, maintenant bien vert du blé en herbe. De jour en jour, l’espace de soleil s’agrandit. C’est gratifiant et excitant. Je suis contente de me coucher pour bien dormir et être en forme demain matin pour aller dehors continuer le nettoyage. Normalement, nous aurons au moins trois jours de beau temps. D’ailleurs, le soleil revenu, la terre à peine ressuyée, mon voisin passait déjà la tondeuse sur son domaine. Bientôt je passerai aussi la mienne, la petite électrique sur les zones nettoyées des ronces, pour broyer les débris végétaux des coupes à la cisaille et les laisser sur place en couvre-sol adapté.

image

***

Vendredi 10 janvier 2014 9:42
L’hiver arriverait-il enfin ? Il fait 1 degré et la gelée blanche couvrait le champ voisin et le toit de la cuisine. Le brouillard commence à s’étendre, alors que le ciel était dégagé quand je suis descendue vers 8 heures ouvrir à la chatte. Cela ne change pas mes projets pour le débroussaillage du bas de la prairie, car je suis arrivée au dernier quart, au contraire le gel est excellent pour limiter un peu la vigueur des ronces que je sentais prête à repartir comme si c’était déjà le printemps.

image

Les rosiers sont en partie en fleurs, ça c’est anormal : des Albertine fleurissent au rosier de l’entrée, une Super Star est épanouie sur la terrasse, un rosier orange dont j’ignore le nom, qui fleurit en plein été, sort déjà ses bouquets. La Fée des Neiges est en fleurs, ça ce doit être normal. Le rosier chinois commence à fleurir, alors que d’habitude cela n’arrive qu’au mois de mai, même s’il a souvent fleuri à Noël, il a un temps de repos en janvier et février, alors que là il repart déjà comme pour l’été.

Je vais donc avoir bientôt à tondre, comme l’a fait mon voisin hier après-midi. J’aimerais avoir fini la haie avant d’attaquer un autre chantier conséquent.
Et puis je replanterai l’ensemble de la haie, surtout en haut pour masquer mon environnement immédiat et nous abriter symboliquement des regards, bien qu’il faudrait avoir une longue-vue pour nous suivre depuis l’autre côté du champ.

image

Ce champ est magnifique. Le regardant ce matin depuis la salle de bains, maintenant que le bas des arbres est dégagé, je le vois mieux comme faisant partie de mon paysage, comme le fait la prairie de Bruno mon frère, dont le beau Cèdre atlantica balise les regards au sud-ouest.
J’avais tendance à cloisonner mon espace, en créant diverses zones bien définies autour de la chaumière, comme la terrasse italienne créée par le brise-vent en 2003, la pergola créée en 2007, la terrasse du bureau et les coins feux naturels en pierres créés l’été dernier. La vision d’hier du bien-être que procureraient des chaises-longues mises sur le talus devant le champ change mes perspectives. Je dois intégrer ce champ dans mon environnement. Il est toujours beau. J’aime son talus bordé de vieux pommiers à l’est et j’aime le soir au sud voir s’allumer les lumières chez mes voisins, qui me disent que la vie humaine est là, proche, qu’elle peut être solidaire, si besoin en était, sans être envahissante au quotidien.
Il est nécessaire d’avoir des zones abritées qui changent selon les saisons. Cet hiver j’utilise beaucoup la terrasse du bureau et plus du tout la terrasse italienne ou la pergola que j’utilise tout l’été.
J’ai hâte d’aller travailler sur la haie pour poursuivre ma vision.

21:21 Je suis allée presqu’au bout de la haie. J’ai pu travailler au soleil les deux heures où il a brillé. J’ai découvert beaucoup de rejets d’aubépines au pied d’un bel arbre à la superbe écorce rouge bordeaux, j’ai vraiment envie de me faire une haie d’aubépines qui me rappellera le chemin de Guermantes du jeune Marcel dans Du côté du même nom au printemps. C’est très stimulant pour le moral de travailler sous les arbres, mais fatiguant pour le corps de tailler à la cisaille comme je le fais, je dois donner des centaines et des milliers de coups de lames énergiques pour faire tomber ces masses de ronces. Celles d’aujourd’hui montaient dans les palmes à plusieurs mètres, j’en aurai raison demain. Mais le résultat est à la hauteur de mes espérances et j’étais toute étonnée d’arriver si vite au bas de la haie.

***

Samedi 11 janvier 2014 19:33
Bonne journée de travail, mais la fatigue est plus importante que je l’avais prévue et je suis allée moins vite que je l’espérais. J’ai nettoyé les branches de palmes tombées dans le fossé et sur le parking pour les mettre en tas prêt à brûler ou broyer quand tout sera fini et que le temps sera sec. Puis j’ai taillé le roncier dont je n’avais fait qu’un côté, les ronces montaient tout en haut de l’arbre proche, c’était hallucinant, ça me donnait le vertige quand je regardais en haut. En bas, elles étaient si coriaces que je devais tout tailler à l’ébrancheur, qui est plus lourd que la cisaille. J’ai taillé toutes les branches de millepertuis devenues aussi coriaces que les ronces et les rejets d’aubépines.
J’ai eu besoin de rester allonger pour récupérer de treize à seize heures, pas très en forme. Je me suis vraiment forcée à me relever pour faire la cuisine et m’occuper de la lessive qui avait tourné l’après-midi. Je suis retournée sur la haie parce que toutes les perspectives n’étaient pas bien dégagées et ça me chiffonnait. J’ai fini deux ronciers et j’ai tiré au croc toutes les branches de millepertuis vers le tas à brûler. Je sentais la fatigue me ralentir, les bras renoncer, alors que j’attaquais la dernière moitié du dernier roncier, celui qui était avant les derniers arbres du bas de la haie. Alors le soleil s’est montré et a éclairé l’endroit où je travaillais avec l’envie de m’arrêter. C’était le coup de pouce qu’il ne fallait pour trouver le dernier souffle, juste assez pour finir. Le temps de prendre des photos du chantier vu d’en bas pour changer, avec les rayons roses sur mes derniers mètres carrés terrassés, et je pouvais remonter les outils dans la brouette, satisfaire du travail accompli.

image

***

Dimanche 12 janvier 2014 10:45
Je vais lever le pied cette semaine et privilégier l’écriture. C’est déjà bien d’avoir débroussaillé 60 mètres de haie en cinq jours, je n’en revenais pas hier soir en remontant du chantier. J’avais nettoyé le haut de la haie pour préparer le chantier des palmes il y a deux mois sur quarante mètres de long et là j’ai fait soixante mètres en autant de temps, pas plus. J’ai donc souqué ferme sur mes outils. Je peux prendre un peu de repos, bien mérité.

Pour la replantation de la haie, mon amie jardinière Andrée me propose des anémones japonaises, elle dit qu’elles limitent la progression des ronces. Ici elles auront de la place, je les vois bien sur le haut de la haie, on les verra en arrivant de la route et si elles peuvent occuper le terrain et empêcher les ronces de tout envahir, ce sera génial. Je vais mettre en haut tout ce qui est ornemental et en bas tout ce qui est plus campagnard.
***

Mardi 14 janvier 2014 9:56
Il fait beau et froid avec une petite gelée blanche matinale. Je me suis réveillée tard, en forme, avec le sentiment que je m’étais bien reposée ces deux derniers jours. Je vais pouvoir travailler un peu sur la haie à déterrer quelques arbustes. La terre devrait être meuble d’ici deux ou trois heures.

22:43 J’ai arraché une dizaine d’aubépines et j’ai fini le nettoyage des ronces et des rejets de palme jusqu’en bas de la haie, désormais bien nettoyée avant l’abattage, ce qui me fait espérer aller plus vite que pour la première partie des palmes.

Je suis en train de penser à faire des méridiennes de jardin en palettes. Guenal peut m’en donner de ses chantiers d’ardoise. J’imagine un siège en trois parties articulées et repliables pour le rangement, ainsi je pourrais écrire sur ma tablette dehors ou lire sur le Kindle. C’est l’autre jour sous la canopée qu’il m’est venu l’idée de sièges à poser devant le champ comme devant une plage verte au soleil. Bref, j’ai encore plein d’idées à réaliser.

image

***

Samedi 18 janvier 2014 10:15
Je viens de retrouver des agglomérats de grêlons au pied de mon escalier extérieur, restés après l’averse que je n’ai fait qu’entendre au-dessus du Velux de ma chambre. Impressionnant. Les nuages avaient au Sud-Est une forme très découpée, comme des nuages stylisés dans un livre pour enfants. Du côté de l’est, c’était un seul énorme nuage noir portant plus loin vers Guidel et Lorient sa charge de grêlons.
Le temps ne me permet pas de faire les travaux d’abattage prévus en cette phase de lune décroissante, comme le préconisait Philippe de l’Orme « pour bien bastir » sous le roi Henri II. Il est vrai que je ne veux point « bastir » avec mes laurier-palmes, juste chauffer ma maison. Mais je le crois quand il dit que l’arbre a moins de feu en cette phase lunaire de « décours », j’ai constaté que c’est plus facile pour moi de tronçonner quand la sève ne remonte pas. Je me souviens que lorsque j’avais fait les premiers abattages de la haie à la scie japonaise, j’avais senti la différence entre le mois de février et de mars. C’était aisé en février et ça coinçait en mars. Au point que j’avais dû arrêter. Je ne voudrais pas retrouver cette situation pénible qui m’obligerait à interrompre pour je ne sais combien de temps un chantier dont j’ai fait deux bons tiers.
***

image

Lundi 20 janvier 2014 18:40
J’ai fait fort en bûcheronnage aujourd’hui, 16 palmes, mais j’ai fait quelques erreurs, et j’ai bossé jusqu’à les réparer, genre chaîne prise dans un tronc tordu qui partait du mauvais côté, puis troncs imbriqués qui restaient suspendus, donc il fallait que j’en abatte plusieurs pour arriver près de ceux qui les empêchaient de tomber pour pouvoir les faire tomber en étant protégée de l’autre côté.
J’en avais plein les bras. C’est quand même un boulot dur.
J’ai rangé le chantier, rangé le matos, rentré du bois et je me suis allongée sur le divan pour regarder une série.
Je ne vais pas saisir de pages pour reposer mes bras et mes mains.
Je monte maintenant prendre un bain et dîner en haut.
Le soleil était là, les oiseaux chantaient le printemps, j’en ai profité.
***

Mardi 21 janvier 2014 9:45
Le ciel est nuageux, mais il n’y a pas de vent. Je me suis bien reposée dans mon lit douillet sous la couette moëlleuse en duvet et sur le matelas à mémoire de forme que je viens de m’offrir, réparateur de courbatures et de douleurs. Je vais donc me lever et partir tout de suite sortir mon matériel pour tenter de finir la dernière ligne de l’ancien mur végétal qui se dressait le long de ma propriété, sombre et menaçant. J’en vois enfin le bout. Quelques heures, entre aujourd’hui et demain, si le temps ne se met pas à la pluie, et je ne verrai plus que les arbres en cépée, nettement plus esthétiques.

J’étais sacrément cassée hier soir, j’avais mal partout. Je me suis endormie tôt et j’ai encore bien dormi sur le matelas magique. Je suis enchantée de mes acquisitions hivernales. Le seul problème est que j’aimerais bien rester au lit, ce qui n’est pas souhaitable, vu tout ce que j’ai à faire.

14:45 J’ai pu travailler deux petites heures dehors avant la pluie. Il bruinait un peu, mais j’étais sous les arbres et ce n’était pas gênant. J’ai pu débiter le plus grand arbre restant, que j’avais laissé hier en travers du parking, j’ai enlevé tous les rejets de palmes qui altéraient la ligne d’horizon en cassant la perspective sur le champ voisin, c’était plus pratique pour accéder aux troncs des arbres à abattre.
Je n’ai pas abattu beaucoup, mais j’ai bien nettoyé. La prochaine fois que je pourrai continuer le chantier, j’aurai raison des derniers troncs de la haie linéaire et je pourrai enfin passer aux cépées pour dégager quelques beaux troncs à conserver ou non.
***

Mercredi 22 janvier 2014 20:50
La journée a été belle et j’ai pu abattre et partiellement débiter une quinzaine de beaux troncs restant dans la ligne droite de la haie. Maintenant il me reste les cépées. C’est-à-dire que je viens seulement de finir ce que j’espérais faire pour Noël, il y a un mois. La météo en a décidé autrement.
J’ai eu l’idée de changer la chaîne et de remettre la première dont mon gendre David m’avait dit qu’elle avait besoin d’être aiguisée. Elle ne coupait pas grand chose et sautait souvent. J’ai un peu flippé parce que j’avais abattu plusieurs troncs dans le champ et je ne supportais pas l’idée de les laisser chez le voisin, dont le blé est en train de pousser. J’ai remis la deuxième chaîne et j’ai repris force et courage, cette fois elle coupait bien, et j’ai débité tout ce que je pouvais en posant les troncs sur les moignons pour avoir un bon appui en hauteur, sans fatigue majeure du dos. Et j’ai tout dépoté allègrement.
Demain, normalement il fait beau, je commencerai les cépées, du moins tout ce qui me sera accessible. Je laisserai les plus gros troncs à l’ami Xavier, bûcheron de son état et autrement plus productif que moi.
***

Jeudi 23 janvier 2014 10:07
Il me reste cinq jours de travail de chantier difficile, car je veux respecter scrupuleusement ma chronodynamie annuelle en arrêtant tous les efforts physiques le 28 janvier jusqu’au 11 février. En me réveillant, je me demandais ce qu’il convenait de faire avant cet arrêt de deux semaines, que j’ai aussi dû faire début décembre, après la première étape d’abattage de la haie. Je vais tenter de sortir la petite tondeuse électrique après avoir abattu les quelques troncs qui gênaient encore ma vue ce matin lors du deuxième café, devant la fenêtre ouverte en observation du chantier. Je vais essayer de broyer tout ce que je peux sur le talus. Ainsi j’aurai une vision plus claire quand le moment de transplanter arrivera. Et si le temps était moins humide, il serait bien de tondre les parties d’herbe les plus hautes, devant la grange, sur le potager et devant les terrasses, jusqu’au cercle des chênes. Le parking du haut aussi, mais lui n’est pas très haut. Bref, il est temps que je descende installer mon matériel et commencer mon travail.

Leçon d’affutage de chaîne de tronçonneuse
Guenal m’a appris à aiguiser la chaîne de la tronçonneuse et m’a donné une lime ronde trop grosse pour sa chaîne plus petite. Il m’a montré comment faire. Il conseille de mettre une marque sur le début de la chaine au feutre pour ne pas recommencer en boucle. Il faut le faire en un seul passage, ne surtout pas revenir sur le fil, ce qui le casse, comme il m’avait déjà expliqué pour aiguiser une lame de couteau ou de sécateur. On peut revenir deux ou trois fois au même endroit, mais en un seul geste. Il faut bien respecter l’angle de 25 et le faire dans un sens, puis sur l’autre côté de la dent dont l’angle est toujours de 25, mais en sens inverse. Bon, c’est un peu dur à expliquer. Je préciserai quand j’aurai expérimenté.
***

Vendredi 24 janvier 2014 10:00
Temps pluvieux, 100% d’humidité, une fois de plus je suis interrompue dans mon chantier extérieur, qui m’oblige de facto à me reposer.

Bilan du chantier haie :
J’ai pu bien travailler le premier mois en novembre, lorsque le temps était beau, ensoleillé et sec.
En décembre et janvier, je n’ai pu faire que ce que j’avais prévu pour décembre. Je dois donc reporter la fin de la haie sur le mois de février, alors que je pensais finir pour la fête druidique d’Imbolc du 1 février. Si j’ai tout fini pour le printemps, au 21 mars, je m’estimerai heureuse.
Je ferai bien sûr ce que je pourrai lors des éclaircies et embellies. Mais c’est vraiment un gros chantier.
Ou alors je décide de laisser la fin de la haie avec ses gros troncs à l’ami bûcheron Xavier en février ou mars, lui va me dépoter ça en une journée, deux maxi. Et je me concentre sur le débit des palmes abattues, pour bien ranger le bois, ce qui serait plus à ma portée, je nettoierai le terrain que je ne vais pas longtemps supporter de voir encombré des troncs et perches entassées et des branches attendant d’être brûlées ou broyées.
Je vais donc juste, dès que possible, couper tout ce que je peux du côté du voisin, qui déjà peut passer partout et sera content que je lui aie dégagé son terrain. C’est l’affaire de trois ou quatre jours de beau temps. Puis je me concentre sur le bois déjà coupé et je remets tout en ordre, avec des beaux tas pour les prochains hivers.
J’ai aussi le talus à broyer dans la foulée de la remise en état de la prairie, à faire le plus vite possible, car très vite la sève va remonter.

Je voudrais passer la tondeuse partout où ce sera possible pour rabattre le couvre-sol en geranium vivace sanguineum, pour que tout reparte en forme au printemps. Ça, c’est à faire dans les jours qui viennent, avant la sortie des vivaces printanières, j’ai peut-être même trop tardé, car je concentrais mes forces sur l’abattage de la haie.

Une fois de plus, j’ai le vertige en dénombrant toutes les tâches qui m’attendent. Mais maintenant je sais que je peux doser mon travail en le séquençant selon les priorités et ma propre forme. Aussi, je vais affronter une tâche après l’autre, bien la faire avant d’attaquer la suivante et modifier les projets au fil des besoins. Je sais faire ça désormais.

Samedi 25 janvier 2014

13:45 Temps de printemps. Hier temps de Toussaint. Incroyable différence entre les jours. Je viens de déjeuner dehors sur ma terrasse de bureau, bien au chaud au soleil, qui se déverse pleinement sur le domaine, depuis l’abattage des palmes monstrueuses. Je peux profiter de mon travail.

J’ai affuté la chaîne, sans difficulté, avec encore un peu de maladresse, mais le résultat a tout de suite été probant. La tronçonneuse a mordu allègrement dans les troncs. J’ai peut-être même été trop sûre de moi et les deux derniers troncs complètement tordus ne sont pas tombés comme je le pensais, et j’y ai encore coincé la chaîne. J’ai pris des risques et j’aurais pu me faire mal. Enfin, je fais toujours attention à me protéger derrière un autre tronc ou un chicot, mais les deux fois les palmes tombaient sur la chaîne, car j’avais mal orienté la coupe. J’ai voulu aller trop vite. Erreurs fatales à ne jamais reproduire.
Je mets un pain en route et j’y retourne, un temps comme ça, ça ne se refuse pas.

20:15 Ce fut une bonne journée.
La tronçonneuse marchait toujours malgré les chocs subis le midi. J’ai pu dégager les palmes abattues le matin, tailler ce que je pouvais dans les troncs en plusieurs morceaux pour les ranger dans le fossé, couper les sommités feuillues des perches et les poser sur le tas à brûler dès que possible. Ensuite j’ai taillé plusieurs perches d’environ 1,20 m en trois morceaux sur le chevalet de chantier, de quoi faire deux brouettes, que j’ai rangées tout de suite sur les palettes de la cour de la petite chaumière, protégées par des bâches. J’ai hésité à sortir la tondeuse électrique vers 15 heures, j’en avais plein les bras et le ciel se couvrait. J’ai rangé les outils et les fils. Je me suis reposée sur le divan en regardant des émissions culinaires et jardinières.
À 17h, j’ai eu envie de retourner au jardin, car je voyais le soleil s’étendre sur le champ de blé en herbe au bout de ma propriété, sur l’est comme au sud. Mais il faisait un peu trop froid pour que je sorte la tondeuse et l’herbe était encore mouillée du côté grange par lequel je voulais commencer la tonte. Alors j’ai préféré prendre la bêche et déplanter les rosiers mal mis en valeur sur le parterre du pêcher près de la pergola, et dans la foulée, emportée par mon élan, je les ai replantés le long de l’allée de l’ex-potager, que je vais tondre aussi demain ou après-demain.
J’étais enchantée : j’avais commencé le jardin 2014 !
Bilan : j’ai fini la deuxième partie de la haie à ma portée. J’essaierai de tailler les perches moyennes restant dans les cépées, mais pour la plupart, je vais les laisser à Xavier.
Je peux maintenant tranquillement m’occuper des bûches pour dégager toutes ces perches qui jonchent le parking. Travail pas trop fatiguant, que je peux faire l’après-midi quand le temps le permet.
Je peux donc passer les tondeuses pour envisager la remise en état du domaine dans la prairie.
Et je peux commencer les transplantations de la haie.
Youpi !

En plus, ce matin, j’ai fini la saisie des cahiers, gros chantier d’écriture commencé en juillet 2009, il y a quatre ans et demi.

Oui, ce fut une belle journée.
***

image

Lundi 27 janvier 2014
Technique de broyage à la tondeuse électrique avec un demi-bac de ramassage
Ce midi, j’ai profité d’une éclaircie pour sortir la tondeuse électrique, avec juste le haut du bac, j’ai pu nettoyer les trois parterres devant la maison. Je n’ai jamais fait cette technique avant, mais il m’a semblé que ça me ferait beaucoup moins d’entretien après, le tout étant de le faire avant que les plantes du printemps pointent leur nez, or je voyais les jonquilles sortir ces derniers jours.
J’ai tondu le couvre-sol de géranium vivace sanguineum avec toutes les adventices qui reviennent quand même, mais en moins grand nombre. J’ai laissé le broyat sur place naturellement, ça se fait tout seul avec le haut du bac qui renvoie à terre, ça a été facile à faire et je me suis arrêtée à temps, juste avec les premières gouttes, mais j’avais fait l’essentiel.
Je vais pouvoir jeter des graines sur ce manteau naturel qui va se composter doucement.
Il y a quelques années, j’avais parlé avec un jardinier du parc du château de Trevarez, en remarquant les géraniums de cette variété partout entre les rosiers comme entre les azalées. Il m’avait dit que c’était facile à tondre en hiver. J’avais gardé ça dans un coin de ma tête et c’est revenu cet automne, je pensais le faire plus tôt, mais bon, j’avais eu la flemme de sortir les tondeuses, alors que maintenant que j’ai fini l’essentiel des abattages, je peux m’attaquer à la tonte.
***

image

Mercredi 29 janvier 2014 21:00
J’ai profité du beau soleil pour passer l’essentiel de la journée dehors et ça a été très productif, puisque j’ai nettoyé le haut du talus, qui est prêt pour les nouvelles plantations et en plus, j’ai tondu la moitié de la prairie, avec la tondeuse électrique, et le haut du bac. L’herbe était restée mouillée aux endroits les plus hauts devant les terrasses, il fallait m’arrêter très souvent pour débourrer l’herbe, mais je l’ai fait sans fatigue, m’arrêtant souvent pour reprendre des forces. Je ne m’attendais pas à en faire autant si tôt dans la saison, je suis bien contente d’avoir fait le plus dur, devant le muret et le long des terrasses, car les jonquilles vont pouvoir pousser librement et rayonner sur un joli tapis vert tendre ce printemps.
Demain le temps devrait rester beau, alors que les jours suivants devraient être pluvieux. J’essaierai donc de continuer l’essentiel de la tonte, en commençant par les zones de ronciers sur le talus de la haie entre les arbres et en continuant le bas de la prairie, nettement moins haute que ce que j’ai fait aujourd’hui.

image

***
Dimanche 9 février 2014 11:24
Le temps ne m’a pas permis d’aller beaucoup dehors depuis dix jours, j’ai juste pu passer la tondeuse le matin de soleil du 2 février sur le talus des cépées, sans pouvoir aller jusqu’au bas de la haie. Les tempêtes se sont succédées les unes après les autres au cours des premières grandes marées de l’année de 114 samedi dernier. Ce matin une accalmie nous permet de souffler après la tempête Ruth venue d’Irlande, mais une autre venant de Portugal devrait arriver demain.
Je ne regrette pas trop d’être moi-même en creux de forme annuelle, car je n’aurais pas eu la force de continuer les travaux extérieurs. Je profite donc de ce temps de latence intérieure pour mettre en ligne sur la galerie Flickr les albums du chantier bois, du débroussaillage et du broyage. Maintenant j’aimerais compléter les articles de blog sur ces sujets en les illustrant avec les photos.

Ce que j’ai fait dans cet article…

Remerciements :
Gwenaël Boursier-Le Doze, couvreur-zingueur-cordiste à Moëlan-sur-Mer

Geranium vivace sanguineum en couvre-sol
Château de Trevarez, parc

Albums de la Galerie Flickr illustrant cet article :
Bucheronnage de la haie
Débroussaillage des talus
Broyage des tailles végétales

Copyright 2014 Gaelle Kermen

abattage de bois facile trucs de filles

Cet article fait suite au premier sur le bûcheronnage de ma haie de palmes, qui constitue mon plus gros chantier de la fin 2013 et du début 2014. Il s’adresse essentiellement aux femmes seules ayant besoin de gérer un domaine, un jardin, sans grands moyens, en étant le plus autonome possible. Mais ça peut aussi intéresser les garçons…

***

L’abattage facile

Abattre un tronc est le plus facile, une fois qu’on sait se servir de la tronçonneuse, qu’on l’a bien en main, qu’on a pris sa mesure et son poids.
Faire une belle encoche à deux coupes devant s’apprend par l’exemple, comme me l’a montré Guenal au début, puis par la pratique, comme je l’ai expérimentée au début des abattages.
Faire l’entaille derrière aussi.

image

Le bon emplacement de l’encoche de devant
Au début, je traçais le dessin sur le tronc avant de tailler, comme je l’aurais fait sur un tissu en couture, ou sur une planche en menuiserie. Le bûcheronnage tient compte d’autres paramètres que la simple planéité d’un tissu sur une table ou d’une planche sur un établi. On travaille en trois dimensions, en tenant compte du poids qui doit tomber dans une certaine direction et pas une autre, pour ne pas risquer d’accident. Même si les troncs auxquels je m’attaque ne sont pas de gros chênes bicentenaires, le bois dense et lourd du laurier-palme plein de vie et de ramure ne serait pas tendre si je ne faisais pas tomber les perches exactement où je le souhaite, là où je suis en sécurité, calée parfois dernière les moignons de celles qui sont déjà abattues ou derrière les autres troncs en attente.

L’encoche et l’entaille
L’axe de la chute dépend donc de l’encoche de devant. C’est l’entaille arrière qui va faire tomber l’arbre.
Sur les schémas des fiches que j’avais étudiées avant de me lancer dans mes divers chantiers de bûcheronnage – car ce n’est pas le premier, mais c’est le plus long – l’entaille est faite perpendiculairement au tronc. Guenal me la fait faire en biais et je réussis beaucoup mieux mes abattages de cette façon. C’est plus facile de tenir la tronçonneuse avec un angle aigu d’attaque du tronc que de la tenir perpendiculairement. Comme j’écris ce cahier de chantier pour convaincre d’autres femmes qu’elles peuvent aussi se lancer dans l’aventure, je donne volontiers ce tuyau. C’est inratable. Bon, il y faut, comme pour tout, un peu d’entraînement pour acquérir les bons gestes et trouver le bon endroit pour poser l’angle de la lame de tronçonneuse. Un gros chantier comme le mien me permet d’acquérir les bonnes pratiques.

image

Le crac de la chute
J’aime particulièrement sentir l’arbre bouger, l’entaille s’agrandir, le tronc s’incliner, puis le crac résonner et la perche se coucher là où j’avais choisi qu’elle tombe. Le crac est comme le dernier cri d’un arbre vivant, un dernier dialogue avec moi qui le salue toujours avec reconnaissance pour le bois qu’il m’a fait en quelques années et qui va alimenter mon poêle les hivers prochains.

Après la chute
Au début, je déshabillais tout de suite chaque tronc. Pour les plus gros , qui avaient une énorme ramure, c’était une nécessité, sinon je ne m’y serais pas retrouvée sur mon chantier, que j’aime à voir dégagé, par esthétique et sécurité.
Maintenant que je suis dans une partie plus dense en perches fines, recépées des souches depuis trois ans seulement, j’en abats plusieurs à la file et je les dépiaute ensemble, en les faisant se caler les unes sur les autres.
Cette partie du travail est la plus pénible quand on travaille seul ou seule. Elle est indispensable pourtant.
Je taille de longues portions de perches que je stocke dans le fossé pour l’hiver. Quand j’aurai tout abattu, si j’ai encore du courage, je reprendrai le chantier pour débiter ces troncs sur mon chevalet, en les empilant pour les couper en rondins prêts pour le poêle dans quelques mois.

image

Le plus encombrant est la ramure.
Quand on est plusieurs sur un chantier d’abattage de haie, un peut abattre, un autre tirer les perches, un autre ranger la ramure.
Évacuer la ramure est le plus difficile quand on est seul. Guenal m’a appris à tailler sous une départ de branches pour tout tirer en même temps sans me fatiguer. Je les mets en tas, en attendant de les brûler ou les broyer. J’y reviendrai en son temps.

Certes, je suis consciente que je ne ferai jamais aussi bien qu’un bûcheron traditionnel, auquel je ferai appel pour les plus gros troncs. Mais je lui aurai préparé le travail en lui proposant un chantier propre, sur lequel il interviendra aves ses grosses machines, hors de ma portée.
Je reparlerai des bûcherons professionnels une autre fois. Je leur rends grâce aussi de tout ce qu’ils m’ont apporté dans la lecture d’un paysage. Sans les hommes des bois que j’ai connus, je n’aurais même pas eu l’idée de me lancer dans mes chantiers de restructuration végétale de mon domaine.

image

Les bienfaits personnels du chantier d’abattage
J’aime ce travail extérieur qui m’offre l’occasion d’être dehors quand le soleil rayonne en hiver. Il nécessite stratégie globale, intelligence du milieu, perspectives de vue. Il m’apporte lumière et espace. Il redonne au voisin agriculteur son territoire légitime. Il me permet de m’oxygéner et de me sentir en pleine forme physique. Je souhaite donc à toutes les femmes seules devant gérer un jardin de se lancer.

Gaelle Kermen, Kerantorec, 5 janvier 2014

Remerciements :
Guenal Boursier-Le Doze, couvreur-zingueur-cordiste à Moëlan-sur-Mer

2014_chantier sur le bucheronnage de la haie

Cahier de chantier 2014
Bonne année à toutes celles et à tous ceux qui me feront l’honneur de lire mes aventures de chantier. Je tiens mon cahier de chantier depuis 1999 et dans les résolutions de l’année 2014, j’ai noté que je devais bloguer plus. Voici donc le début de mon cahier de chantier 2014, dont je vous livrerai des extraits sur ce blog.
Bloavez Mad d’an Holl !

*******
J’éprouve autant de plaisir à commencer un nouveau cahier en début d’année ou de mois sur mon application Write tablet Android, que lorsque j’ouvrais un nouveau cahier fleurant bon le neuf. Mon cerveau est complètement adapté à la technologie numérique, surtout quand je pense que je n’aurai pas à retaper mes notes, juste à les corriger, élaguer, mettre en fiches et en forme quand je déciderai de les publier.

Toute ma vie j’ai été admirative des progrès apportés par la technique bien comprise, y voyant, non pas un asservissement comme beaucoup le craignent, mais bien au contraire l’émanation du génie humain. Et pour ma part, j’y vois une sacrée libération de la femme.
scies japonaises et casquette Dick sur table Manufrance 78

Pourrai-je vivre seule ici sur un domaine de plus de 3000 m2 et l’entretenir, si mes modestes forces et moyens n’étaient pas relayés par des outils ? Il est bien évident que non. Et si j’ai longtemps privilégié les scies japonaises, qui restent parmi mes meilleures amies quand j’ai un petit entretien à faire sur des rosiers ou arbustes, j’apprécie de pouvoir tronçonner seule ma haie de laurier-palmes avec une de mes récentes meilleures amies : la petite Bosch électrique de 35 cm.
les outils du chantier bois

Car mes abattages aux scies japonaises n’avaient pas suffi à désenclaver mon territoire de ses prisons végétales. Je disais que je filtrais la civilisation, que je sculptais le vivant. Tu parles ! Ça a tellement débordé chez le voisin, que ce courtois agriculteur a fini par descendre de son tracteur pour me le signaler gentiment. Je l’ai rassuré tout de suite : j’avais entrepris le nettoyage préalable du chantier pour en effet abattre les laurier-palmes devenus monstrueux en quelques années, certaines perches atteignaient huit à dix mètres de haut et leurs ramures battaient la mesure des tempêtes sur cinq mètres de large la-haut.

Cet automne 2013, le temps m’a permis d’attaquer un chantier d’importance qui avait été trop longtemps différé : l’abattage d’une haie de laurier-palmes devenue énorme muraille végétale.
la haie de palmes avant le chantier

C’est le dix novembre que Guenal, mon cousin-voisin, m’a donné ma leçon de bûcheronnage, me rappelant les gestes essentiels de l’abattage d’un arbre, suivant sa position,  suivant le vent, quoique il vaille mieux travailler quand il n’y a pas de vent, mais le vent peut aussi être un allié. Guenal me rappelle toujours les bonnes positions, la façon indispensable de tenir son équilibre en s’appuyant sur les deux pieds, comment plier les genoux pour se baisser pour soulager le dos et tout ce qui est nécessaire pour travailler en toute sécurité.

Premier arbre abattu par Guenal

Premier arbre à degager seule

J’ai révisé les gestes qu’il m’avait déjà appris, mais que mon manque de pratique m’avait fait oublier. Il a abattu les deux plus gros troncs au départ de la haie : 26 cm de circonférence. C’est beaucoup demander à la petite Bosch que j’avais choisie pour sa légèreté, environ 4 kg, qui est conçue pour des troncs de 15 cm maxi. Mais à la guerre, comme à la guerre, quand il faut y aller, faut y aller ! Et elle y va sacrément, la brave machine. Car depuis ces deux premiers troncs, j’ai continué seule, fière de montrer à Guenal les résultats de son excellente pédagogie, qui me permet de me lancer dans des chantiers d’importance que, sans ses conseils, je n’eusse pas oser braver seule.

travail en cours

Comme j’aime bien savoir où je vais pour programmer mon agenda (électronique lui aussi bien sûr, Calendar de Gmail, accessible de mes deux tablettes et du PC de bureau), j’ai compté les troncs de la haie : 225, que j’ai prévu d’abattre sur les trois mois de novembre, décembre et janvier en trois sessions, de préférence lorsque la lune décroît, après la Pleine Lune, « en décours » selon l’expression de Philibert de l’Orme, le grand bâtisseur de la Renaissance.

La première session de novembre m’a permis d’abattre le premier tiers de 70 palmes, les plus difficiles, car les troncs étaient tous imbriqués anarchiquement entre eux. Le temps était au grand beau, c’était parfait. J’ai senti quand même, au moment de la Nouvelle Lune que je devais prendre du repos. Le corps disait : Pouce !
Haie cote champ
J’ai privilégié les travaux intellectuels eux aussi de longue haleine, la saisie des dernières pages retrouvées pour les années 65 et 92, essentielles, pour compléter les cinquante ans d’écriture en cahiers.

La deuxième session a démarré à la mi-décembre. Le temps était nettement moins beau et j’ai dû souvent replier le matériel. J’avais prévu de finir pour la fin de l’année. Il en reste encore un gros bosquet qui me bouche une partie du champ où j’aime à voir s’allonger les derniers rayons du soleil les soirs. Je crois avoir fait le plus difficile. Il me reste 98 palmes à abattre et à débiter. Mais elles sont beaucoup plus fines que les précédentes et je devrais aller plus vite, en y mettant moins de forces. J’ai bon espoir de finir pour le début février, pour la fête druidique de Imbolc, le renouveau de la lumière au creux de l’hiver, date symbolique qui rythme l’année et me permet de m’organiser en démarrant le chantier de nettoyage de la haie et l’abattage des palmes après la Samain, début novembre et prévoyant la suite du débit en rondins des troncs couchés en attente dans le fossé de Imbolc jusqu’à l’équinoxe de Printemps.

chantierBois21

****
L’année 2014 a commencé par une forte tempête, plus forte que celle de Noël, avec des coefficients de marée forcissant avec la Nouvelle Lune du Premier Janvier. Je n’ai pas constaté de dégâts sur mon territoire ni ma chaumière et je rends grâce à Guenal qui avait fait des réparations l’été dernier lors d’une longue période de sécheresse bienfaisante. Je dors bien maintenant.

Ce matin du 2 janvier il fait beau. Si le temps reste beau aujourd’hui, je crois que je ne résisterai pas à l’appel de la tronçonneuse… tant j’ai hâte de voir mon horizon dégagé sur le champ voisin où le blé semé en novembre est déjà en herbe, tant j’ai hâte de voir la lumière revenue sur ma prairie et mon jardin, pour une belle année glorieuse. Vive 2014 et ses beaux chantiers en perspectives !

chantier bois par temps de pluie

Merci à Bruno Cohen pour ses conseils sur les outils, il m’avait prêté sa tronçonneuse Black & Decker, j’avais constaté que je pouvais l’utiliser, que le poids des électriques n’était plus un handicap pour mes bras toujours sollicités par la saisie informatique.

Merci à Guenal Boursier-le Doze, mon Maître es Travaux, mon gourou bienveillant, ma référence absolue.
Couvreur-Zingueur à Moëlan-sur-Mer

Philibert de l’Orme : Fiche Wikipedia
Extrait d’Inventions pour bien bastir

Outils : tronçonneuse Bosch et scies japonaises Dick

Application Android d’écriture sur tablette : Write Tablet Notepad/Journal

Gaelle Kermen
2 janvier 2014 début d’un nouveau cahier chantier

Album Flickr Chantier Bois 2013-2014