Recette : un sorbet aux kiwis

Recette : un sorbet aux kiwis (apéritif ou dessert)

C’est la saison de la récolte des kiwis. Les kiwis se sont bien acclimatés en Bretagne. Les jardiniers qui ont eu la bonne idée de planter au moins deux plants, un mâle et une femelle, dans leur jardin, ne manquent pas de vitamines en hiver.

kiwi

img_1558-1

Personnellement, j’aime beaucoup le kiwi en sorbet.


Ingrédients :

6 gros kiwis ou 10 petits
2 citrons
50 g de sucre


Je laisse la cuve de la sorbetière au bas du congélateur, pour la tenir prête à de futurs sorbets selon les fruits de saison.

sorbet-de-kiwi1-jpg

J’ai pris six kiwis mûrs, je les ai pelés, découpés en petits morceaux, mis à la casserole avec le jus d’un citron, cinquante grammes de sucre seulement.
J’ai fait rapidement pocher, ça a rendu du jus en faisant bien fondre le sucre.
J’ai laissé refroidir avant de mixer et j’ai mis au frais.

sorbet-de-kiwi2-jpg

Il est bon de passer l’appareil au chinois pour enlever un peu de grains. Il en passera toujours, sauf si on ajoute une mousseline.

img_1606
Entrer une légende

Ensuite j’ai sorti la cuve, j’ai inséré le bloc moteur dans le couvercle, j’ai fixé la pâle, j’ai posé le couvercle en le fixant dans les encoches des côtés (pas très pratique à manipuler sans anse, sur la sorbetière Lagrange).

J’ai laissé prendre 40 minutes. On peut faire moins, il faut surveiller la texture pour la garder légère.

sorbetiere-lagrange-jpg

La texture et le goût ont fait l’unanimité, en entrée pour moi, en dessert pour les autres.

img_7551

Idée : j‘aime ce sorbet de kiwi en apéritif avec du guacamole. Les couleurs de l’avocat et des kiwis se marient bien entre elles, ainsi que leurs saveurs. Je le sers désormais en apéritif avec un vin rosé ou un blanc du Gers, genre tariquet premières grives.

J’avais aussi trouvé un vin du Poitou, poivré, qui allait parfaitement avec le sorbet de kiwi et le guacamole. Hélas, je n’en ai pas noté le nom.

Bon appétit et belles fêtes ! Un sorbet de kiwi est rafraîchissant après des agapes !

Gaelle,
Kerantorec, le 4 décembre 2016

P.S. Dans une barquette de kiwis du commerce, j’avais trouvé une cuillère-couteau très pratique, pour couper en deux un kiwi et le manger à la coque, ou encore pour le peler, car la cuillère enlève moins de pulpe que le couteau-éplucheur.

img_1605

P.S. 2 Un petit truc important pour que le sorbet prenne bien. Il faut que tout soit très froid, l’appareil mis à rafraîchir après le mixage et le tamis, la cuve de la sorbetière et… les récipients dans lesquels vous allez présenter votre sorbet. Bon appétit !

Publicités

Un mini potager en Bretagne sud : tableau d’association des légumes

Début le 3 juin 2016

Il fait beau en Bretagne en ce mois de juin. Chose étonnante, la terre est sèche. Alors que partout ailleurs il pleut.

Je suis en correction du deuxième guide Scrivener plus simple, dans la Collection pratique Guide Kermen, cette fois la version pour Windows. Je n’ai pas beaucoup de temps pour m’occuper du jardin. Je me borne à faire le minimum, tailler ce qui dépasse ou sèche, et c’est déja très beau.

Pourtant, un potager, c’est la base de l’autonomie et de l’indépendance, qui sont les maîtres-mots de ma vie.

Alors je viens de nettoyer une parcelle de deux ou trois mètres carrés juste en face de la porte de la cuisine, prônant ainsi une grande paresse ou une fraîcheur maximale dans la gestion de mes futurs légumes et aromatiques.

Mon voisin-cousin m’a apporté des plants de poireaux, le genre de légumes qui ne demande aucun soin et reste en terre toute l’année. Indispensable à mes soupes ou bouillons quotidiens, chauds en hivers, froids en été. Va donc pour le poireau.

Les dernières pommes de terre ont germé dans leur sac. Je vais dons les planter aussi.

J’ai aussi six beaux plants de choux qui attendent dans une jardinière que je les plante au bon endroit, en face de la cuisine. Le choux c’est aussi indispensable dans les soupes, ou si jamais j’avais mal aux genoux en cataplasme.

Et la grande question se pose au moment de mettre ces trois premiers légumes en terre : vont-ils bien ensemble ? J’ai le souvenir malheureux d’avoir mis une année des tomates et des pommes les unes près des autres et le mildiou avait bien ravagé mes plantations.

Heureusement, je suis devenue une femme bien organisée et je retrouve sur mon Mac mini le tableau fait il y a des années sur mon iMac 98 des associations de légumes au potager.

Le voici, ça peut aussi vous être utile.

association de legumes au potager
Tableau des légumes associés au potager

Patates et choux vont bien ensemble (feux verts).

Rien n’est contre-indiqué pour le poireau (carrés blancs). Je pourrai y mettre de l’ail et semer des carottes, des bettes et du céleri. Surtout pas de haricot (carré rouge)!

Je pourrai semer des radis autour des choux. Des épinards près des patates.

C’est parti pour une nouvelle saison potagère. Bien sûr, les légumes ne seront arrosés qu’au repiquage, par les cuvettes d’eau récupérées dans l’évier, puis selon leurs besoins, comme les potées de terrasse.

IMG_7493
Patates germées coupées, plants de choux et de poireaux à repiquer
IMG_7596
Au fond deux petites rangées de patates plantées bien profondément et devant quatre plants de choux.

Pour télécharger le tableau sur votre ordinateur en PDF, c’est ici :

Tableau-Assoc-Legumes

J’avais fait ce tableau lorsque je faisais un vrai potager, important et suivi, en prenant des notes sur les livres lus ces années-là et en tenant compte de mes propres observations.

Bon potager !

Gaelle Kermen,
Kertantorec, le 3 juin 2016


Suite le 10 juin

La suite du mini potager : des semis

Enfin la pluie est arrivée, libérant l’étouffement des dernières heures, après des jours de bonne chaleur et sécheresse (alors que le reste de la France souffrait d’inondations). Il va être possible de semer quelques graines restant dans mes archives potagères : persil, radis et épinards.

Je consulte mon tableau pour décider de la place des semis selon les associations ou répulsions de chaque plante du potager.

Les épinards iront bien avec  les pommes de terre au fond, sans trop de soleil, sous la mi-ombre des bosquets autour.

Les radis iront bien avec les choux.

Le persil va aller devant, en bordure.

La terre est bien chaude, elle vient d’être humidifiée par la pluie bienfaisante d’été, elle sera nourricière.


Blog auteur : https://gaellekermen.net/

Ebook We Made a Garden by Margery Fish.

We Made a Garden, by Margery Fish, image est un classique du jardinage anglais, des années 50, réédité en 70, traduit en 90, dont j’avais lu une critique dans une revue de jardin des années 90, et qui m’avait donné l’idée de tenir mon propre cahier de jardin en 2005. Je l’ cherché longtemps en vain et je le trouve enfin au format Kindle.
Un petit livre très complet, qui raconte l’achat d’une maison en 1939 et la création du jardin selon des principes opposés entre Margery la narratrice et son Walter d’époux, personnalité de la presse londonienne d’avant-guerre, dont on ne peut pas dire que le caractère soit sympathique, malgré ses connaissances sur le jardin, au détriment des idées de sa femme. On en vient à se réjouir de sa mort prématurée qui l’a laissée libre elle d’agir à sa guise.
Une bonne image de l’attitude de soumission apparente de la femme dans les années d’avant-guerre, sociologiquement intéressante, car elle est restée valable jusqu’à ma génération.
Les chapitres sont bien découpés et les conseils de Margery restent d’actualité à quelques détails près, par exemple, on ne jugerait plus politiquement correct d’utiliser du chlorate de soude ou du souffre pour éliminer les herbes qui ont le mauvais goût d’investir les allées de gravier. Elle reconnaît que finalement elle continuera à prendre la binette jusqu’à la fin de sa vie, car la solution chimique n’est pas idéale, bien qu’elle souligne ne pas avoir d’animaux chez eux.
J’ai reconnu bien des conseils donnés oralement par une vieille amie d’origine anglaise, ainsi que de nombreuses plantes que Nicole avait dans son jardin, comme les Geranium vivaces, que j’ai encore chez moi en couvre-sol un peu partout dans mes parterres.
Un bonne lecture que j’ai beaucoup soulignée, et que je consulterai de temps en temps sur mon Kindle. La table des matières est bien faite et simple à se repérer.
Le jardin est visitable. De nouveaux propriétaires ont organisé la gestion de ce jardin extraordinaire, ils continuent la nursery organisée par Margery Fish en 1950 et vendent les plants et graines issus de ce jardin, comme elle avait fini par le faire, tant elle avait de demandes. C’est en partie grâce à ce petit livre que le jardinage s’est démocratisé en Angleterre et que la passion du jardin est devenue passion nationale.

http://www.gardenvisit.com/garden/east_lambrook_manor_garden
Ebook Kindle : http://www.amazon.fr/We-Made-Garden-Margery-Fish-ebook/dp/B006OBR8EK/

Margery Fish est de ces femmes inspirantes, qui me donnent le courage de gérer mon domaine en ne comptant que sur mes seules forces.

Gaelle Kermen
Kerantorec, janvier 2014