Recette de glace au yaourt maison et aux mures du talus

Recette de glace au yaourt maison et aux mûres du talus

Ingrédients

  • 285 g de mûres sauvages (c’est tout ce que j’ai réussi à cueillir, tant c’est fastidieux et dangereux, je passe mon temps à avoir des épines dans les doigts, même avec des gants, qui sont toujours percés au bout !)
  • 140 g de sucre
  • 2 yaourts bio ou maison


Ustensiles

  • 1 pichet pour le jus
  • 1 chinois pour passer le jus et fruits
  • 1 sorbetière Lagrange
  • Des ramequins pour faire des portions individuelles plus faciles à servir que des glaces extraites d’un grand bac comme dans le commerce. Les industriels mettent des adjuvants que je ne mets pas.

Procédure

La veille

Je cueille les mûres sans me prendre trop d’épines. Je les pèse et les couvre de la moitié du poids en sucre cristallisé.

Je laisse macérer au frais. Du jus commence à sortir.

Je fais crever les fruits dans une casserole pour que le jus sorte encore plus. Ou au micro-ondes, je les passe deux fois 2’5, soit cinq minutes.

Je verse l’ensemble fruits et jus au chinois en poussant avec un pilon.

Je garde les fruits pour aromatiser des yaourts ou comme hier agrémenter un porridge préparé dans l’Instant Pot qui a un programme pour ça. Recette plus bas.

Je laisse refroidir le sirop de mûres obtenu pendant que la cuve de la sorbetière reste au congélateur. Une nuit pour moi. Et je mets les récipients pour les glaces aussi à refroidir au congélateur.

Le jour du turbinage

« Une glace est toujours meilleure quand elle vient d’être turbinée. »

C’est ce que disait Christian Millau, le célèbre critique gastronomique qui vient de mourir, dans les années 70 aux débuts de la revue Le Nouveau Guide Gault-Millau dont ma sœur était secrétaire de 1969 à 1972. Je n’ai jamais oublié le conseil entendu à la radio quand j’étais étudiante et gagnais des sous en écrivant des enveloppes pour les abonnements de la revue avec toute la famille et les amies. Les listings des adresses étaient en bandes perforées, mais on écrivait les adresses à la main, c’était très chic encore !

Grâce au Guide, ma sœur était logée dans un appartement agréable au sixième étage du 10 rue du boulevard Poissonnière, à côté du journal L’humanité, avant qu’il déménage rue du Colonel Fabien. Elle me faisait la grâce de m’y héberger quand j’étais à la Fac de Vincennes. C’est là que j’ai écrit Aquamarine de 69 à 72 et que j’ai rempli de nombreux cahiers, tant la vie alors était intense et passionnante.

Donc, après une pensée émue pour Christian Millau qui nous avait bien intéressés à la gastronomie et aux bons produits (nous en avions souvent à la maison, restant des dégustations faites pour le journal), je sors le pichet du jus de mûres en sirop et j’ajoute deux yaourts.

Je mélange bien à la cuiller en bois ou au fouet. Inutile de salir le bol du blender ni même un fouet pour mixer plus finement l’appareil, les pales de la turbine vont se charger de bien mélanger le tout au cours du turbinage.

J’allume la sorbetière. La mienne est une Lagrange, elle affiche 40 minutes. Les pâles tournent. Je verse alors l’appareil du pichet dans le trou de la sorbetière.
Je pars faire autre chose, car j’ai toujours beaucoup de choses à faire sur mon domaine ou au bureau, là je devais finir des corrections par Antidote sur le roman d’une amie à qui j’ai prêté mon bureau depuis avril pour qu’elle le retravaille.

IMG_4475

Je reviens quarante minutes plus tard et c’est prêt. Je goûte. C’est parfait pour moi. Pas trop sucré. Pas trop lourd. Pas trop gras. Savoureux comme je l’espérais. Avec une texture parfaite comme je l’aime.

Je sors les petits ramequins réfrigérés et je verse des portions de crème glacée aux mûres du talus.

IMG_4480

Je garde un ramequin pour mon déjeuner au freezer le temps de dresser ma table. Tous les autres sont déjà mis au congélateur, deux par deux, pour ne pas les laisser trainer à l’air libre dehors. Je les sortirai assez tôt avant un déjeuner entre ami-e-s pour qu’ils ne soient pas trop durs et reprennent fière allure.
C’est un sorbet aux yaourts et aux fruits de saison vraiment simple à faire et réussir.

Recette du porridge à l’Instant Pot

Proportions

On mesure une tasse de flocons d’avoine pour une tasse et demi de lait dans un récipient allant au bain-marie, on pose ce récipient dans la cuve inox de l’Instant Pot où l’on a versé deux verres d’eau.

porridge du Comptoir irlandais

Cuisson

On allume l’Instant Pot, on appuie sur le bouton Porridge, on part faire autre chose. On revient, c’est prêt et chaud, ça n’a pas brûlé et on n’a pas de casseroles à laver ou à récurer.

porridge Instant Pot

 

Et voilà le porridge avec les mûres récupérées. En cuisine plus simple :

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

Lavoisier d’après AnaxagoreIMG_4481

Bon appétit et bel été !

Gaelle Kermen, Kerantorec, 15 août 2017


Sur Christian Millau et le guide gastronomique Gault et Millau

https://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Millau

Publicités

yaourtiere-fromagere figuine

Dans la série des outils indispensables à mon autarcie et mon indépendance de vie quotidienne, évitant la consommation et les transports, j’ai trouvé une yaourtière fromagère d’un litre qui me convient parfaitement.

J’avais repéré la Yaourtière Figuine à un prix intéressant sur Amazon, mais elle est aussi disponible au Centre Leclerc le plus proche de chez moi. Au même prix, moins de 20 euros. Je n’ai donc pas hésité et j’en suis enchantée.

J’ai eu très longtemps une yaourtière SEB avec des petits pots. Celle-ci me plait car elle permet de conditionner une grande quantité en même temps. Avec moins de vaisselle à faire, ce que je privilégie aussi.

De Yaourtière Figuine
De Yaourtière Figuine

Je mets une partie à égoutter en faisselles, ça donne des petits fromages frais genre petit-suisses ou fromage blanc, selon le temps d’égouttage.

A manger salés le plus souvent avec échalotte, ciboulette, persil, ail, selon l’inspiration et la disponibilité des herbes au jardin.

Ou alors sucrés avec un peu de crême et de confiture maison, et c’est un dessert facile et délicieux.

Je garde l’autre partie en yaourts à sucrer.

Une amie m’a donné des faisselles, neuves, venant d’une laiterie ayant fermé en 1960, il y a 50 ans, et le résultat sur les yaourts bio à l’ancienne est formidable. Le sérum se sépare très bien. La texture est parfaite et forme des petits fromages.

De Yaourtière Figuine

Fournisseurs

Le yaourt et le lait fermiers vient de la Ferme David de Baye. J’y prenais déjà mes yaourts du temps de la Crêperie à la Ferme de Kerantorec (années 70-80).

Les yaourt et lait bio s viennent de la Biocoop qui vient de s’installer à Quimperlé Kervidanou.

La yaourtière-fromagère, de la marque Figuine, permet d’utiliser toutes sortes de ferment et de lait, lait de vache, lait de chêvre. Chaque fois, ça marche impeccablement.

On peut d’après la notice de la machine faire aussi des yaourts au lait de soja en cas d’intolérance au lactose ou par conviction. Enfin, je n’ai pas utilisé le lait de soja.

Recette de base :

Pour un litre de lait, deux cuillerées de yaourt, fermier, bio, etc ou de fromage en faisselle Rians ou de Yaourt à la grecque, selon les goûts.

Notre préféré en yaourt est le ferment du Yaourt à la grecque, avec n’importe quel lait, entier ou demi-écrémé, UHT (pour en avoir d’avance sans être obligée de sortir) ou fermier quand j’en ai du frais.

Notre préféré en fromage frais après égouttage en faisselle est le yaourt bio avec le lait bio, trop acide pour nous en yaourt d’après nos essais. Mais j’ai entendu quelqu’un dire qu’il retrouvait le goût des yaourts d’enfance. Chacun sa madeleine !

Marche à suivre :

Quand j’ai du lait cru je le fais bouillir et j’attends qu’il soit à température du doigt, je fais le mélange dans un petit bol d’abord pour bien brasser l’ensemble à la cuiller en bois, ajoutant le lait bouilli petit à petit. Je pose le couvercle du bol et le couvercle de la machine. Je mets la machine en marche suivant le temps dont je dispose entre 5 heures et 11 heures. Plus le temps est long, meilleure est la prise du ferment. Mais cela peut dépendre de la température de la cuisine.

Quand j’utilise le lait UHT, je fais chauffer le bol au micro-onde, 90′. Puis je mets en machine comme précédemment.

Oui, j’ai un micro-onde, car une de mes priorités de vie est de gagner du temps, j’en gagne ainsi beaucoup en cuisine. Ma propre énergie a autant de valeur, sinon plus, que l’énergie consommée en électricité, je garde l’essentiel pour l’écriture. Mais il faut bien manger tous les jours, autant s’organiser à frais minima.

Bref :

J’apprécie vraiment de faire moi-même mes petits gervais, petit-suisses ou mes fromages de chêvre ou de brebis.

Quand le yaourt au fond du bol devient plus liquide, je l’utilise dans des sauces salade ou à la place de la crême dans des préparations chaudes pour détendre l’appareil.

J’en ai offert une à ma fille aînée, qui prépare tout elle-même dans son village de l’Aude, où elle fait partie d’une coopérative de nouveaux consommateurs locaux.

######
Liens utiles :

Yaourtière sur Amazon : vendue entre 14 et 20 euros, selon les promos, avec un livre en plus pour atteindre 20 euros, la livraison est gratuite, en 48 heures, un service impeccable.

Centre Leclerc de Quimperlé : Yaourtière Figuine au rayon Electro-Ménager, à 19,90€.

Biocoop : Les 7 épis de Mellac

Et bientôt à Moëlan, l’ouverture d’une nouvelle épicerie, qui nous évitera d’aller plus loin : Les 4 vents d’Isabelle Durand, à suivre !

26 avril 2010 PS :

Toujours aussi enchantée de ma yaourtière-fromagère.

De Yaourtière Figuine

Cette machine prend très peu de place par rapport aux autres yaourtières que j’ai utilisées. Mon amie Jose-Anne range la sienne dans son buffet, où elle a tout de suite trouvé sa place.

En plus elle est très facile à nettoyer…

De Yaourtière Figuine

Ce matin elle m’a gentiment réveillée au son de la Lambada !
Vous en connaissez beaucoup vous des gentilles machines comme ça ???

© gaelle kermen 2010